Coronavirus en Suisse : Reprise des grandes manifestations culturelles et sportives jeudi

Publié

Coronavirus en Suisse Reprise des grandes manifestations culturelles et sportives jeudi

Mis en pause depuis sept mois, les événements réunissant plus de 1000 personnes pourront de nouveau avoir lieu dans le pays dès cette semaine. L’aval des cantons sera toutefois nécessaire.

Quelle que soit la manifestation sportive, culturelle ou religieuse, les spectateurs seront assis à la place qui leur a été attribuée.

Quelle que soit la manifestation sportive, culturelle ou religieuse, les spectateurs seront assis à la place qui leur a été attribuée.

KEYSTONE

Les concerts, spectacles, messes, congrès et matchs accueillant plus de 1000 personnes pourront reprendre dès jeudi, sept mois après leur arrêt total. Si les attentes sont grandes, les conditions fixées par le Conseil fédéral et les cantons limitent les ardeurs des organisateurs et du public.

L’interdiction des manifestations de plus de 1000 personnes avait été la première mesure du Conseil fédéral le 28 février pour contenir la pandémie de Covid-19. Prononcée jusqu’à fin août, elle a été prolongée jusqu’au 30 septembre, en raison du nombre important de nouvelles infections.

Après sept mois de silence, ces événements pourront à nouveau rassembler les foules, mais selon des exigences strictes élaborées par les milieux concernés. De manière générale, ce sont les cantons qui autoriseront une grande manifestation si la situation épidémiologique ainsi que les capacités du traçage des contacts le permettent. L’organisateur devra soumettre un plan de protection.

Les manifestations à caractère commercial comme les foires ou les marchés ne sont pas concernées.

Places assises

Quelle que soit la manifestation sportive, culturelle ou religieuse, les spectateurs seront assis à la place qui leur a été attribuée. Le public sera toutefois autorisé à rester debout lors de courses de ski ou de vélo ainsi que des fêtes de village au grand air. Là aussi, l’aval du canton sera nécessaire avant de mettre sur pied l’événement.

Le plan de protection devra préciser si le port du masque est obligatoire ou non et s’il y aura des places assises. Il expliquera la gestion des flux de personnes et comment la collecte de coordonnées correctes sera garantie. Les règles de distance et d’hygiène resteront de mise.

L’ordonnance du Conseil fédéral donne donc latitude aux cantons de révoquer ou de limiter dans certaines circonstances une autorisation déjà accordée. Notamment en cas de détérioration significative de la situation épidémiologique entre la date d’octroi de l’autorisation et la réalisation de la manifestation. L’organisateur n’a dans ce cas pas droit à une indemnisation.

Deux tiers des stades remplis

Des dispositions supplémentaires s’appliquent aux matchs de championnat des ligues nationales de hockey et de football. La Swiss Football League et la Swiss Ice Hockey Federation ont élaboré des plans de protection qui règlent la situation de manière uniforme pour toute la Suisse.

Lors des matchs nationaux, le public devra rester assis et le masque sera obligatoire. Dans les stades et les patinoires, seuls deux tiers des sièges au maximum pourront être occupés. Les supporters du club visiteur ne disposeront pas de contingents. Le public devra être très clairement séparé de la zone de jeu.

La restauration ne se fera qu’à des places assises. La vente et la consommation de boissons alcoolisées, souhaitée par les clubs, seront autorisées. Le Conseil fédéral laisse là une marge de manoeuvre aux cantons qui pourront revoir ces autorisations si les plans de protection ne peuvent pas être remplis. L’organisateur devra par ailleurs contrôler que les spectateurs respectent les mesures. Les infractions seront sanctionnées.

Limites

Ces restrictions ne permettront toutefois pas la reprise de tous les grands événements. Si le coup d’envoi de la saison de hockey sur glace a été fixé au 1er octobre, de nombreuses autres manifestations n’auront pas lieu dans ce contexte. Le festival international de musique militaire Basel Tattoo reporté à fin novembre a par exemple été annulé tout comme les festivités de la St-Martin en Ajoie.

En hockey sur glace, la Coupe Spengler n’aura pas lieu entre Noël et Nouvel-An. Quant au sort des grands festivals de musique en plein air, il est incertain, tout comme celui des carnavals.

(ATS/NXP)

Ton opinion