Actualisé 15.06.2020 à 08:27

Après coronavirusReprise économique? Les spécialistes observent «les premiers signes»

Certains indicateurs conjoncturels, comme le très suivi indice des directeurs d'achat (PMI), ont marqué un net rebond en mai, estime Crédit Suisse. Le retour à la normale devrait cependant se faire progressivement.

Dans l'immédiat, les ménages devraient dépenser 5,5 milliards de francs non utilisés pendant le confinement, estiment les économistes de Credit Suisse.

Dans l'immédiat, les ménages devraient dépenser 5,5 milliards de francs non utilisés pendant le confinement, estiment les économistes de Credit Suisse.

KEYSTONE

Les économistes de Credit Suisse perçoivent des «premiers signes» de reprise économique, après l'effondrement conjoncturel dû aux mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus. Le retour à la normale devrait cependant se faire progressivement. Certains indicateurs conjoncturels, comme le très suivi indice des directeurs d'achat (PMI), ont marqué un net rebond en mai. Le PMI a rebondi autant dans le secteur industriel que dans les services, avait indiqué début juin Credit Suisse.

5,5 milliards économisés durant le semi-confinement

Dans l'immédiat, les ménages devraient dépenser 5,5 milliards de francs non utilisés pendant le confinement tandis que les dépenses publiques sont attendues en «nette progression», a indiqué lundi la banque aux deux voiles dans un communiqué.

La suite s'annonce cependant plus ardue et les spécialistes de la banque zurichoise s'attendent à ce que la conjoncture helvétique ne retrouve que fin 2021 son niveau d'avant-crise. Ces derniers ont dans la foulée raboté leurs prévisions de produit intérieur brut (PIB) pour cette année à -4,0%, contre -3,5% dans leurs précédentes estimations. Le rebond de +3,5% attendu en 2021 reste lui inchangé.

En 2020, la consommation privée (-2,1%), les investissements dans la construction (-2,5%) et les biens d'équipement (-4,0%), ainsi que les exportations (-6,5%) vont pâtir des mesures sanitaires.

Malgré le déconfinement progressif, la demande en biens d'investissement et montres va demeurer faible, tandis que le commerce de détail va souffrir des mesures de distanciation sociale dans les magasins.

Augmentation du chômage en 2021

Les dépenses des ménages devraient également être freinées par le ralentissement sur le marché de l'emploi, Credit Suisse s'attendant en 2020 à un taux de chômage de 3,5% et en 2021 à 3,8%. La décélération de l'immigration risque également de peser sur les dépenses privées.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
13 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jo

15.06.2020 à 11:11

Je trouve pas d’économie moi! Mes charges sont pareilles: covid ou non, de toute façon ça fait longtemps que je ne m’offre ni resto ni sorties , la situation covid est un statut normal chez moi.

Insomnie

15.06.2020 à 11:04

En tout cas, "les experts" de tout poil ne semblent ni à court de temps à perdre ni à court d'argent...

Carole

15.06.2020 à 10:27

Mais arrêtez avec ces milliards économisés par les familles. et les 20 % de moins sur les salaires ? tres heureux si vois avez économisés pendant la pandémie et que vous avez reçu le 100 % de votre salaire mais ce n'ai pas le cas pour pla plupart des ménages.....