Attentats à Paris: Réseaux sociaux pour pallier la terreur
Actualisé

Attentats à ParisRéseaux sociaux pour pallier la terreur

Pour rassurer ses proches ou rechercher des amis, les Parisiens ont été très nombreux à utiliser Facebook ou Twitter lors des attentats survenus vendredi soir.

par
David Ramseyer/AFP

«Vous allez bien? Il semble que vous soyez dans la zone attaques terroristes à Paris. Informez vos amis que vous êtes en sécurité.» Cette notification, des dizaines de milliers de personnes qui avaient signalé habiter ou être en déplacement à Paris l'ont reçu après la série d'attaques terroristes qui a frappé ce vendredi soir la capitale française. «J'ai près de 2000 amis sur Facebook, plus de la moitié ont utilisé ce système pour vérifier comment allaient leurs proches», témoigne Cyril, de sortie vendredi soir entre le 1er et le 11e arrondissement, pas très loin de certains lieux ciblés par les terroristes. «Avant ce message, les gens mettaient simplement un mot sur leur profil pour dire qu'ils allaient bien, puis beaucoup ont utilisé cette notification pour informer leur famille et leurs amis», confirme Timothée, qui était hier soir chez lui, à un kilomètre du Bataclan. Les retours ont été nombreux pour ce Genevois exilé à Paris.

Avis de recherche

«Alerte ! Si quelqu'un a des nouvelles de Lola, 17 ans, au #Bataclan ce soir, contactez-nous». «Je cherche ma petite soeur Soad». Photos à l'appui, sur Twitter, des internautes ont aussi lancé des appels poignants pour avoir des nouvelles de leurs proches, qui se trouvaient dans le quartier des fusillades, au Stade de France ou dans la salle de spectacles du Bataclan, et dont ils n'avaient toujours pas de nouvelles durant la nuit, plusieurs heures après les attentats.

Ils ont demandé aux internautes de relayer leurs appels pour retrouver qui une fille, qui une soeur, qui un ami, en quelques mots souvent déchirants. Le hashtag #Recherche rassemblait une bonne partie de ces appels sans réponse.

«Beaucoup d'infos et très vite»

Les réseaux sociaux ont également été utilisés comme sources d'information. Tania était dans un restaurant à moins d'un kilomètre du Bataclan lorsque les gérants ont soudainement descendu les rideaux de fer et empêché la clientèle de sortir. Les sites internet d'informations surchargés, Facebook ou Twitter ont pris le relais: moins saturés, ils avaient aussi l'avantage de regrouper sur un site unique, au fur et à mesure des messages, le déroulement des faits mais aussi les mesures prises par les autorités.

«Barricadés à l'intérieur du restaurant, nous avons tout suivi sur les réseaux», indique Tania. Outre l'évolution de la situation, les informations pratiques et les mesures d'urgence y étaient largement diffusées. Après avoir enfin pu quitter l'établissement, «nous pouvions savoir quelles lignes de métro étaient fermées et lesquelles fonctionnaient encore, par exemple», souligne la jeune femme. Cyril acquiesce: «Par l'entremise des réseaux sociaux, il y a eu beaucoup et rapidement des informations».

Un réseau d'entraide

La solidarité a aussi joué à plein sur les smartphones ou autres tablettes. Sous le hashtag #PorteOuverte, des milliers de Parisiens ont organisé vendredi soir sur Twitter un vaste mouvement d'entraide pour héberger pour la nuit les passants bloqués à l'extérieur par les attentats et pouvant être en danger ou ne pouvant rentrer chez eux.

Les Parisiens proposaient d'ouvrir leur porte dans tous les quartiers de la capitale, et en particulier sur les lieux proches des attentats. Ce mot-clé #PorteOuverte s'est répandu si vite qu'il atteignait plus de 480.000 tweets dans la nuit, se hissant au 2e rang des sujets les plus utilisés sur Twitter France derrière le mot #fusillade (700.000 tweets).

«Si des gens se retrouvent bloqués, je peux héberger 2 à 3 personnes Rue des martyrs dans le 9ème. #PorteOuverte», offrait @thom. «Pour ceux qui sont coincés dans le 20eme, notre canapé est toujours disponible pour 2/3 personnes à Maraîchers. #PorteOuverte», écrivait @GabDeLioncourt . «Cherche #PorteOuverte rue Richer pour 3 amis !!!», demandait @fparsy.

ll s'est même créé en urgence un site recensant les «portes ouvertes», sous l'adresse «porteouverte.eu».

Ton opinion