Actualisé 23.12.2016 à 04:44

ONURésolution sur les colonies: Israël a appelé Trump

Obama s'apprêtait à s'abstenir sur une résolution interdisant la colonisation en Cisjordanie.

Des colons israéliens tentent de ralentir le véhicule du ministre du logement Yoav Galant à Amona, en Cisjordanie, le 18 décembre 2016.

Des colons israéliens tentent de ralentir le véhicule du ministre du logement Yoav Galant à Amona, en Cisjordanie, le 18 décembre 2016.

Keystone

Le gouvernement israélien a demandé à Donald Trump d'intervenir: Washington semblait jeudi sur le point de s'abstenir sur le projet de résolution qui réclame l'arrêt des implantations juives présenté par l'Egypte au Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon un haut responsable israélien, les autorités israéliennes ont contacté l'équipe de transition mise en place par le futur président des Etats-Unis lorsqu'il est apparu qu'elles ne pourraient pas convaincre l'administration Obama de poser son veto au projet égyptien. Lors de ce contact «à haut niveau», les Israéliens ont demandé l'intervention de Donald Trump, qui succédera à Barack Obama à la Maison Blanche le 20 janvier prochain.

D'après deux diplomates occidentaux, Obama, qui avait opté pour un veto en février 2011 sur un projet de résolution similaire, était cette fois décidé à s'abstenir. Dans les faits, Washington aurait ainsi permis l'adoption du texte par les 14 autres Etats membres du Conseil. Pour les Israéliens, a poursuivi ce haut responsable israélien, cette abstention américaine aurait constitué une «violation de son engagement fondamental à protéger Israël à l'ONU».

Affaire pas terminée

Le gouvernement israélien, a ajouté cette source, est convaincu que l'administration Obama, qui entretient des relations difficiles avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, avait programmé de longue date cette abstention et s'est coordonnée avec la partie palestinienne.

L'Egypte a finalement décidé de repousser la mise aux voix de son projet.

La présidence égyptienne a parallèlement fait savoir que Donald Trump et Abdel Fattah al Sissi s'étaient entretenus par téléphone. «Les présidents sont convenus de l'importance de donner à la nouvelle administration américaine toutes les chances de traiter toutes les dimensions du dossier palestinien dans l'optique de parvenir à un accord total et définitif», a dit un porte-parole du président égyptien.

Pour autant, l'affaire n'est peut-être pas terminée: quatre autres membres du Conseil de sécurité (Nouvelle-Zélande, Venezuela, Malaisie et Sénégal) ont mis en demeure jeudi soir l'Egypte de préciser d'ici minuit (vendredi 06h00 en Suisse) si elle envisageait de demander de nouveau un vote dans la journée de vendredi.

En cas de refus du Caire, ils se disent prêts à suppléer la délégation égyptienne en déposant eux-mêmes le projet de résolution. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!