LNA: Rester au top sans faire de transferts
Actualisé

LNARester au top sans faire de transferts

Nous aurions bien voulu présenter les nouvelles recrues du HC Davos. Mais le champion 2011 n'en a aucune.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger/Marcel Allemann
Le mage des Grisons est prêt à relever le défi du nouveau championnat.

Le mage des Grisons est prêt à relever le défi du nouveau championnat.

Marc Geiger (GCK Lions) est le seul joueur en test à Davos, mais on ne sait pas s'il commencera la saison avec les Grisons. Même dans ce cas, le défenseur ne remettrait pas en cause les hiérarchies établies. A Davos, on s'est contenté de garder l'ensemble de l'équipe titrée la saison dernière: un défi! Il a fallu notamment prolonger les contrats de pièces maîtresses comme Genoni, Grossmann, Ramholt, Bürgler, Guggisberg ou Dino Wieser.

Rien de neuf

Aujourd'hui, l'entraîneur Arno Del Curto se trouve face à une situation inédite: n'intégrer aucun nouveau joueur. «Dire qu'une équipe a besoin de sang neuf chaque année n'est qu'une formule toute faite. Avec ou sans dix nouveaux joueurs, ce qui compte, c'est ce qu'on fait de l'équipe», a déclaré l'homme fort des Grisons.

Del Curto a prouvé, tout au long de ses quinze ans de mandat, qu'il savait y faire. Cela a été encore le cas au printemps dernier lorsque son équipe a remporté sans trembler son titre de champion. C'est pourquoi bon nombre d'experts voient Davos, une nouvelle fois, dans la peau du vainqueur de la saison régulière et du titre.

Jusqu'à 65 ans!

Cette affirmation ne provoque qu'un mouvement de tête de Del Curto: «Je ne peux qu'en rire. Je serais déjà très satisfait avec une place entre 4 et 6.» Le coach, fort de ses 5 titres, a donné les raisons de sa prudence: «Des joueurs comme les frères Von Arx et Rizzi prennent de l'âge. Durant des années, ils ont su réaliser des performances de top niveau, mais pour combien de temps encore le pourront-ils?» En 2002, 2005, 2007, 2009 et 2011, Del Curto a mené le HCD au titre. «Je peux très bien vivre en ne gagnant le titre qu'une année sur deux jusqu'à mes 65 ans!»

Ton opinion