27.03.2020 à 06:58

Salles de cinéma

«Restez curieux de culture!»

Coronavirus oblige, les salles de cinéma sont fermées jusqu'à nouvel avis. Mais leurs exploitants n'ont pas disparu! La preuve à Cossonay.

de
Catherine Magnin
DR

Le cinéma Casino de Cossonay, exploité par Pascal Miéville, c'est une salle de 156 places et une équipe de 27 personnes impactées par la fermeture imposée par la Confédération pour lutter contre la pandémie du coronavirus. Sur quelles ressources peut compter la structure pour tenir le coup? «Une petite réserve et le soutien de la Commune», répond Pascal Miéville. Cela signifie-t-il que la situation actuelle met l'entreprise en danger? «Difficile à dire, tout dépendra de la durée de la fermeture. Mais je reste confiant sur les aides de la Commune et de la Confédération.»

Cela va se prolonger

Selon lui, peu de chance qu'un adoucissement intervienne de sitôt, même sous conditions (par exemple 1 siège sur 2). «Je reste assez réaliste, je pense que tant que chacun n'adopte pas une attitude responsable, cela va se prolonger encore un bon moment.» Aucune crainte de voir les spectateurs perdre l'habitude de se rendre dans une salle de cinéma? «Je suis persuadé que les gens auront envie de revoir du monde et de partager ensemble des émotions, des rires, etc. sur grand écran.»

Télétravail et montage

À quoi Pascal Miéville consacre-t-il son temps actuellement? «Je suis employé du Centre ORIF (Organisation romande pour l'intégration et la formation professionnelle) à Pomy et comme il est aussi fermé, je travaille à distance avec mes bénéficiaires en formation. Sinon, j'aime faire des montages de films (de la pub pour ma salle par exemple).»

«Le cas Richard Jewell», de Clint Eastwood. Le dernier James Bond. «Miss», de Ruben Alves: tels sont les trois films que l'exploitant se réjouit de présenter au public sitôt que le Casino pourra rouvrir.

En attendant, aux cinéphiles bloqués chez eux, il conseille de «rester curieux de la culture et s'informer des prochains films, même si plus de 15 ont leur date de sortie repoussée à cet automne. Sinon, que chacun puisse prendre conscience que rester à la maison dans nos conditions n'est pas si dramatique, même si nous sommes en guerre contre un ennemi invisible. On est loin de certaines conditions de vie dans d'autres pays… Donc, ne nous plaignons pas.»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!