Actualisé

SuisseRestos, masques, EMS, le virus occupe la presse

Le coronavirus s'est une nouvelle fois taillé la part du lion dans la presse dominicale. Voici les principales informations des quatre journaux helvétiques du jour.

Dans les quatre prochains mois, le gouvernement veut se procurer 550 millions de masques de protection de toutes sortes, selon la presse.

Dans les quatre prochains mois, le gouvernement veut se procurer 550 millions de masques de protection de toutes sortes, selon la presse.

Keystone

Le Conseil fédéral a présenté jeudi les étapes du déconfinement. Et le plan du gouvernement ne convainc pas tout le monde, en particulier en ce qui concerne la restauration. La présidente du gouvernement zurichois Carmen Walker Späh déplore dans la «NZZ am Sonntag» que les coiffeurs puissent rouvrir le 27 avril mais pas les librairies.

Ouverture des restaurants réclamée

Elle trouve également incompréhensible que les grandes surfaces puissent proposer toute leur gamme de produits, mais que les magasins spécialisés doivent rester fermés. Les restaurants devraient aussi pouvoir rouvrir plus rapidement, estime l'élue PLR. Rien que pour l'économie zurichoise, les pertes se chiffrent en milliards, souligne-t-elle.

Il devrait être possible pour les établissements de restauration de rouvrir au moins partiellement le 11 mai, plaide également le conseiller national Leo Müller (PDC/LU) dans la «SonntagsZeitung».

Parmelin n'est pas fermé

«Je n'exclus pas que les restaurants puissent rouvrir dans quelques semaines peut-être», indique pour sa part le ministre de l'économie Guy Parmelin dans une interview avec «Le Matin Dimanch»e et la «SonntagsZeitung». «Cela dépend de l'évolution de la situation», ajoute-t-il. Le Vaudois précise que la situation est évaluée en permanence et que le Conseil fédéral peut «effectuer un bilan circonstancié à chacune de ses séances hebdomadaires».

«Nous n'avons pas besoin de vagues promesses, nous avons besoin de clarté maintenant», insiste le président de Gastro Ville de Berne et alentours dans le «SonntagsBlick». Guy Parmelin rappelle en outre que l'aide octroyée par la Confédération est une aide d'urgence et ne doit pas «devenir un oreiller de paresse». Les secteurs qui pourront rouvrir devront donc s'en passer rapidement.

Pour 2,24 milliards de matériel

Pour faire face à l'épidémie de Covid-19, le Conseil fédéral a l'intention d'acheter du matériel pour un montant allant jusqu'à 2,24 milliards de francs, rapportent la «NZZ am Sonntag» et la «SonntagsZeitung» en se basant notamment sur une demande confidentielle que le Conseil fédéral a adressée aux délégations des finances du Parlement.

Dans les quatre prochains mois, le gouvernement veut se procurer 550 millions de masques de protection de toutes sortes. Il souhaite également acheter 1000 nouveaux respirateurs, 8 millions de kits de dépistage, 190 millions de gants jetables ainsi que 48 millions d'unités de désinfectant pour les mains.

Selon la «SonntagsZeitung», les prix calculés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour se procurer le matériel sont sources d'inquiétude car dans certains cas les prix proposés sont quatre fois plus élevés que ce que d'autres entreprises paieraient pour les mêmes marchandises.

On meurt plus en Suisse romande et au Tessin

Le taux de mortalité du Covid-19 est plus élevé en Suisse romande et au Tessin qu'en Suisse alémanique, rapporte de son côté le «SonntagsBlick». C'est au Tessin qu'il est le plus élevé avec 53,5 décès pour 100'000 habitants. En Suisse romande il se situe à 24,7 alors qu'il n'est que de 6,2 outre-Sarine.

Selon Olivia Keiser, épidémiologiste à l'Université de Genève, la facteur temps a joué un rôle majeur dans cette évolution. «Au Tessin et en Suisse romande, l'épidémie a commencé plus tôt. La Suisse alémanique a donc bénéficié d'un avantage temporel», indique-t-elle. Les mesures de lutte contre l'épidémie ont permis d'y éviter des dommages plus importants.

Les seniors malades préfèrent l'EMS

S'ils tombent gravement malades à cause du coronavirus, la plupart des résidents souhaitent rester dans leur EMS, rapporte pour sa part la «NZZ am Sonntag». En cas de complications, les personnes âgées préfèrent même y mourir plutôt qu'à l'hôpital.

Le journal a effectué un sondage auprès d'établissements de soins, des services de soins à domicile et des états-majors de crise cantonaux étant donné qu'il n'existe pas d'obligation fédérale de mentionner le lieu de décès.

Dans le canton de Vaud, jusqu'à jeudi 187 personnes sont décédées dans un EMS. Seules quelques-unes ont été transférées à l'hôpital, selon l'état-major de crise cantonal. Dans le canton de Bâle-Ville, sur les 18 résidents d'EMS décédés jusqu'à vendedi, seuls quatres sont morts à l'hôpital. Dans le canton de Zurich, 87 pensionnaires d'EMS sont décédés des suite du coronavirus, dont 47 dans leur environnement familier.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!