Credit Suisse: Résultats en forte hausse au 1er trimestre
Actualisé

Credit SuisseRésultats en forte hausse au 1er trimestre

La banque Credit Suisse n'a pas connu la crise, ces premiers mois de l'année.

CS est en voie d'atteindre ses objectifs.

CS est en voie d'atteindre ses objectifs.

Credit Suisse s'estime en bonne voie pour atteindre ses objectifs, après une solide performance au premier trimestre 2013 dans la banque d'investissement notamment. Le numéro deux bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 1,303 milliard de francs, contre seulement 44 millions un an auparavant.

Le résultat avant impôt a également fortement progressé, atteignant 1,822 milliard de francs, après 40 millions sur les trois premiers mois de 2012. Le produit opérationnel s'est pour sa part accru de 18,9% à 7,2 milliards, a précisé mercredi l'établissement.

Des charges exceptionnelles de près de 1,6 milliard de francs avaient péjoré le profit du premier trimestre 2012, convient-il de rappeler. Les chiffres de ce début d'année ont, du reste, dépassé les attentes des analystes interrogés par l'agence financière AWP.

Ceux-ci tablaient sur un bénéfice net de 1,185 milliard de francs et un résultat avant impôt de 1,681 milliard. Le produit opérationnel, en revanche, est ressorti en deçà des prévisions (7,323 milliards).

Réduction des coûts

Globalement, cette performance est due à des rendements élevés et des coûts de personnel en baisse d'un demi-milliard de francs dans la banque d'investissement.

Cette dernière, en difficulté l'an dernier, a généré un profit de 1,3 milliard de francs, soit un bond de 43% en comparaison annuelle. Ses revenus sont demeurés quasiment stables, à 3,95 milliards.

Au contraire de sa concurrente UBS, Credit Suisse continue de miser sur son unité de banque d'affaires, un pari gagnant jusqu'ici. Sa seconde division - la plus importante -, qui regroupe la gestion de fortune et celle d'actifs, a réalisé un bénéfice avant impôts reculer de seulement 881 millions de francs, en baisse de 7%.

Ses revenus se sont contractés de 5% à 3,3 milliards de francs, en raison de la cession partielle d'un investissement dans le gestionnaire de fortune écossais Aberdeen Asset Management et du repli du résultat net des opérations d'intérêts. Ce recul a été partiellement compensé par une légère hausse des commissions et frais récurrents, note l'institut.

L'unité a, du reste, enregistré un afflux d'argent frais de 12 milliards de francs, en provenance essentiellement des marchés émergents et des clients ultra-riches. Elle accuse, a contrario, des sorties de capitaux en Europe occidentale. Aux yeux du directeur général Brady Dougan, ces résultats se révèlent «bons et cohérents».

«Avec un rendement de fonds propres de 16% pour le premier trimestre 2013, nous continuons de réaliser des activités clientèle soutenues et de générer des rendements élevés sur une base de risques et de coûts considérablement réduite», commente l'Américain.

Perspectives réjouissantes

Depuis mi-2011, la grande banque a annoncé de nombreuses mesures de rigueur, avec pour objectif de comprimer ses coûts de 4,4 milliards de francs d'ici à fin 2015. But qui devrait être atteint, au vu des 2,5 milliards d'économies réalisés au terme du premier trimestre.

Credit Suisse est également en «bonne voie de dépasser l'objectif de ratio des fonds propres de base futur selon les exigences suisses de 10% en milieu d'année», selon Brady Dougan.

La banque a, en outre, continué à renforcer ses fonds propres, comme exigé par les nouveaux règlements helvétique et international. Son ratio de fonds propres durs s'est amélioré de 0,4 point de pourcentage à 14,6% fin mars par rapport au trimestre précédent.

A la Bourse suisse, le titre Credit Suisse gagnait 0,38% à 26,55 francs en milieu de matinée, dans un marché en légère hausse. Si les analystes ont salué les résultats de l'entité de banque d'investissement, ils se sont avérés déçus à l'inverse de ceux de la division de gestion de fortune, inférieurs aux pronostics. (ats)

Ton opinion