Transports: Retard à l'allumage dans le contrôle des SwissPass
Actualisé

TransportsRetard à l'allumage dans le contrôle des SwissPass

Des petites sociétés de transport ne sont pas encore équipées pour scanner les abonnements CFF mis en place samedi.

par
Julien Culet
Appareils spécialisés ou smartphones peuvent scanner les nouvelles cartes.

Appareils spécialisés ou smartphones peuvent scanner les nouvelles cartes.

«C'est un changement important. Je ne comprends pas que des compagnies ne soient pas prêtes.» Cet usager du car entre Dixence (VS) et Sion, dimanche, faisait partie des premiers titulaires du SwissPass. Cette carte à puce, rouge, remplace à partir du 1er août l'habituel abonnement bleu CFF (encadré). Or, le véhicule de la société Theytaz n'était pas équipé pour scanner le sésame. Le chauffeur, un peu gêné, a dû faire confiance au jeune homme affirmant être titulaire d'un abonnement général. Car l'information ne figure plus sur la carte.

La compagnie Theytaz indique avoir pourtant bien commandé les appareils. Ils ne sont arrivés qu'hier. «Nous les avons achetés il y a quelques mois. Le fournisseur doit être débordé», avance une responsable. L'entreprise valaisanne n'est pas la seule à ne pas pouvoir scanner les SwissPass. L'Union des transports publics (UTP), à l'origine de la carte, rapporte avoir eu vent d'autres retards. Parfois dus à une certaine réticence des petites entreprises à s'équiper des appareils pouvant coûter jusqu'à 1500 fr. pièce. «Elles doivent faire preuve de souplesse et accepter le SwissPass comme titre de transport. Elles se pénalisent donc si la personne n'a pas d'abonnement général», explique Sylvie Schneuwly, porte-parole de l'UTP.

Mais pas de soucis relevés chez les grosses sociétés. Contactés, les transports publics lausannois, genevois et les cars postaux disent tous pouvoir contrôler la carte rouge.

Du bleu au rouge

Depuis le 1er août, un renouvellement d'abonnement général ou de demi-tarif donne lieu à l'acquisition d'un SwissPass. La carte était déjà proposée depuis juin en guise de test. Pour savoir si l'usager possède bien un titre de transport, le contrôleur doit maintenant scanner une puce. La carte, déjà valable dans les bus et bateaux partenaires des CFF, permet également de louer une voiture et d'acheter son forfait de ski. L'an prochain, les transports publics genevois et lausannois utiliseront à leur tour le SwissPass.

Ton opinion