Baseball: Retour aux affaires du sulfureux «A-Rod»
Actualisé

BaseballRetour aux affaires du sulfureux «A-Rod»

Après sa suspension d'une saison et demie pour dopage, Alex Rodriguez retrouve à 39 ans les terrains de la MLB, dont la saison 2015 débute dimanche.

Rodriguez a pris part au camp d'entraînement des Yankees et se réjouit de revenir au jeu.

Rodriguez a pris part au camp d'entraînement des Yankees et se réjouit de revenir au jeu.

Pour son premier entraînement officiel début mars, des chaînes de télévision, des radios et journaux de tous les Etats-Unis avaient dépêché des équipes de reportage pour le suivre tout sourire, batte en mains.

Au grand soulagement de son équipe, les New York Yankees, cette effervescence médiatique s'est rapidement dissipée: alors qu'il n'a disputé que 44 matches en deux saison, "A-Rod" a vite retrouvé ses repères, au point de redevenir un atout pour les Yankees, orphelins de Derek Jeter, parti à la retraite en fin de saison dernière.

En 16 matches de préparation ou "Spring Training", Rodriguez affiche une moyenne à la batte de 32,4 %, soit 12 coups sûrs --qui permettent d'atteindre une base-- sur 37 passages à la batte. Il a aussi frappé trois home-runs.

Et surtout "A-Rod" n'a jamais eu aucun d'écart de langage, s'est montré courtois avec ses coéquipiers, dirigeants et supporteurs, et a répété à l'envi" (son) plaisir d'être de retour".

"Je suis heureux de jouer à nouveau au baseball, je suis là pour faire ce que veut mon équipe", a-t-il insisté.

"Il y a un an jour pour jour j'étais autrement moins heureux, reconnaissant et serein", a rappelé ce fils d'immigrés dominicains.

En avril 2014, Rodriguez allait en effet purger une suspension de 162 matches, soit l'intégralité d'une saison régulière de MLB, pour son implication dans l'affaire Biogenesis, cette clinique spécialisée dans les traitements anti-vieillissement des beaux quartiers de Miami où plusieurs sportifs connus se fournissaient en produits dopants.

Avant d'en arriver là, "A-Rod", qui avait déjà défrayé la chronique en reconnaissant s'être dopé avec des stéroïdes dans les années 2000, avait épuisé tous les recours pour faire casser cette sanction de la MLB, attaquant en justice la Ligue, le syndicat des joueurs et même son équipe.

Son retour ne fait donc pas que des heureux: selon un sondage de la chaîne ESPN mené parmi les joueurs de MLB, 29% le désapprouvent et 31% s'en désintéressent.

Malgré ses statistiques (moyenne à la batte de 29,9 %, 654 home runs), et ses trophées (1 titre de champion en 2009, 3 titres de MVP de l'American League, 14 participations au All-Star Game), il traîne la réputation d'un joueur désagréable avec le personnel, hautain avec ses coéquipiers et nuisant aux performances de son équipe.

Ses passages aux Seattle Mariners (1994-2000) et aux Texas Rangers (2001-03) et même chez les Yankees lui ont valu parmi ses coéquipiers le surnom peu flatteur d'"A-Fraud" (escroc).

Pas étonnant que début 2015, pour préparer le terrain, Rodriguez a présenté officiellement et publiquement ses excuses aux dirigeants de la MLB et des Yankees, ainsi qu'aux supporteurs de son équipe.

"A-Rod" suscite aussi beaucoup de jalousies pour avoir signé en 2007 un contrat de dix ans avec les Yankees qui lui assure un minimum de 275 millions de dollars (264 millions de francs) !

C'est aussi un coureur de jupons invétéré, ce qui l'a conduit à un onéreux divorce, en 2008, avec la mère de ses deux enfants. La presse people lui a notamment prêté des liaisons avec Madonna, les actrices Kate Hudson et Cameron Diaz.

Mais tout cela est de l'histoire ancienne, assure "A-Rod" qui aspire à être un joueur normal de MLB: "Je suis juste là pour jouer au baseball", a-t-il espéré.

(afp)

Ton opinion