Canada: Retour d'un Brueghel disparu sous les nazis
Actualisé

CanadaRetour d'un Brueghel disparu sous les nazis

Un tableau du peintre flamand Jan Brueghel dit le jeune a été restitué mercredi par les Pays-Bas à l'université canadienne Concordia.

L'«Allégorie de la Terre et de l'Eau» a été peint au XVIIe siècle.

L'«Allégorie de la Terre et de l'Eau» a été peint au XVIIe siècle.

Une toile disparue sous l'Allemagne nazie a été restituée par les Pays-Bas à l'université canadienne Concordia. L'institution est la succession du propriétaire initial, un marchand d'art juif sous l'Allemagne nazie.

Le tableau du grand peintre de l'école flamande (1601-1678) avait disparu avant ou pendant la Seconde guerre mondiale et s'était retrouvé aux Pays-Bas.

Exposé encore récemment au musée Noordbrabants de Bois-le-Duc, il a été remis à l'université Concordia de Montréal, légataire de la collection de peintures du marchand d'art Max Stern, décédé d'un infarctus à Paris en 1987.

Intitulé «Allégorie de la Terre et de l'Eau», le tableau, une huile sur cuivre de dimension moyenne, illustre un déjeuner sur l'herbe et est typique de l'oeuvre du peintre par sa luminosité et la minutie du détail.

Les responsables de l'université montréalaise en ont repris possession lors d'une cérémonie organisée à l'Institut du patrimoine culturel néerlandais à La Haye, en présence de responsables gouvernementaux.

L'université Concordia, ainsi que celle de McGill, également de Montréal, et l'université hébraïque de Jérusalem, sont les bénéficiaires de la collection Stern.

Dépossédé de quelque 400 tableaux

Menacé par les nazis, Max Stern avait dû fermer sa galerie de Düsseldorf, héritée de son père, en décembre 1937, et s'enfuir vers Londres puis le Canada, après avoir dû abandonner ou céder quelque 400 tableaux, écoulés à bas prix par la Gestapo.

Le Brueghel le jeune est le huitième tableau restitué aux ayants droit depuis 2006, mais «le premier remis par un gouvernement européen», a dit à l'AFP Clarence Epstein, directeur du projet de restitution des oeuvres de Max Stern à l'université Concordia.

Confisqué dans des circonstances non éclaircies, le tableau s'était retrouvé entre les mains d'un marchand d'art néerlandais, Jan Dik Jr., un intermédiaire des nazis, qui l'avait revendu au musée d'art de Hambourg, où il avait finalement été récupéré par les Alliés et remis aux Pays-Bas après la guerre.

«Le gouvernement néerlandais suit une procédure très rigoureuse, probablement la plus noble de tous les pays du monde, au sujet des objets d'Etat spoliés», a déclaré M. Epstein.

«Des centaines d'oeuvres d'art appartenant à la famille Stern ont été pillées», a rappelé pour sa part la rectrice de Concordia, Judith Woodsworth. «Nous espérons en récupérer de nombreuses autres - plus particulièrement celles qui sont actuellement exposées dans divers musées d'Europe», a-t-elle dit.

Environ 10% des tableaux manquants de la collection ont été retrouvés, mais la fondation Stern n'a pas pu encore les récupérer, leurs propriétaires actuels contestant sa démarche, selon M. Epstein.

La majorité de ces oeuvres se trouvent toujours en Allemagne, où la législation en matière de restitution a longtemps été inadéquate mais est en voie de changer, a-t-il précisé. (ats)

Ton opinion