«Camille redouble»: Retour vers son passé d'adolescente
Actualisé

«Camille redouble»Retour vers son passé d'adolescente

Avec «Camille redouble», Noémie Lvovsky signe une comédie bizarre et attachante.

par
Catherine Magnin

Un soir qu'elle tente d'oublier dans l'alcool sa vie ratée, Camille, 46 ans, se réveille à l'hôpital, à 16 ans. Parents pas morts (elle en profite pour enregistrer leur voix), bac pas encore en poche, futur mari pas encore là. Quand ce dernier fait son apparition, Camille résiste. Elle sait que leur histoire va mal tourner. Mais elle l'aime comme au premier jour...

«Camille redouble» est un film tout en subtilités. Une reconstitution d'époque sublimée par l'émerveillement de la redécouverte. L'audace d'interpréter une ado de 16 ans quand on n'a pas le physique d'une femme enfant. Une réflexion nuancée sur les souvenirs, les regrets, et le champ des possibles. On en sort avec un peu de blues et beaucoup d'énergie

Trois questions à Noémie Lvovsky

– D’où vous est venue l’idée de «Camille redouble»?

– On a tous rêvé à un moment ou un autre de pouvoir changer la donne. On se demande alors ce qu’on ferait si on pouvait avoir la chance de recommencer sa vie.

– Etait-il difficile de vous diriger vous-même dans ce double rôle?

– Je craignais surtout d’être ridicule en Camille adolescente. Petit à petit, je me suis laissé aller en jouant sur les attitudes et les costumes plutôt que sur les maquillages

– Comment avez-vous dosé humour et drame?

– Je ne souhaitais surtout pas signer une bluette. J’espère que mon film fera sourire et réfléchir. Si c’est le cas, j’aurai gagné mon pari.

Propos recueillis par Caroline Vié

«Camille redouble»

De et avec Noémie Lvovsky. Avec aussi Samir Guesmi, Yolande Moreau.

Sortie le 12 septembre 2012.

***

Ton opinion