Kilchberg (ZH): Retraitée tuée par une employée de son EMS
Actualisé

Kilchberg (ZH)Retraitée tuée par une employée de son EMS

Aidée par une amie, une femme travaillant dans un home pour personnes âgées aurait agressé mortellement une résidente. Les complices auraient commis ce crime pour de l'argent.

Les faits se seraient déroulés dans le home Hochweid, à Kilchberg (ZH).

Les faits se seraient déroulés dans le home Hochweid, à Kilchberg (ZH).

Une femme de 88 ans pensionnaire dans un EMS à Kilchberg (ZH) a été tuée et cambriolée. Deux femmes sont soupçonnées. Le Ministère public a annoncé vendredi avoir ouvert une procédure pénale contre une collaboratrice du home et une de ses amies pour meurtre et vol.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre, l'employée du home et son amie, qui ne travaille pas dans l'institution, sont entrées dans l'appartement de la pensionnaire dans le but de voler des objets de valeur lui appartenant, a précisé le Ministère public dans un communiqué.

Les deux femmes de nationalité suisse ont agressé physiquement la pensionnaire qui a succombé sous les coups. Les objets volés ont été retrouvés par hasard lors d'un contrôle douanier, le lendemain du meurtre, ce qui a permis de remonter aux deux femmes.

Meurtre et vol

Le Ministère public a ouvert une procédure pénale contre l'employée du home et son amie pour meurtre et vol. Quant à la personne interceptée en possession des objets volés, elle avait l'intention de s'installer en Allemagne. Cet homme de nationalité croate fait l'objet d'une procédure pénale pour entrave à l'action de la justice et recel. Les trois suspects se trouvent en détention préventive.

C'est avec «consternation» que la direction du home dit avoir appris que la pensionnaire avait été victime d'un meurtre. Tous les autres décès survenus l'année passée dans le home ont été examinés, mais aucun cas inhabituel n'a été décelé, souligne la direction.

Les pensionnaires et les collaborateurs ont été informés personnellement du meurtre. Les familles des pensionnaires seront informées par écrit. Toutes les procédures internes vont être réexaminées. Actuellement, «nous ne voyons aucune mesure qui aurait pu empêcher» le meurtre, souligne la direction.

Pas en service le jour du meurtre

Agée de 30 ans, l'employée soupçonnée lui avait donné satisfaction jusque-là, précise à l'ats la directrice de l'EMS, Zita Ochsner. S'étant fait porter pâle, elle n'était pas en service le jour du meurtre. Apparemment, elle possédait une clef de l'appartement de la victime, suppose Mme Ochsner.

L'an dernier, une série de vols avait secoué le home. La direction a réussi à y mettre un terme en alertant la police, alors même que les pensionnaires délestés avaient renoncé à porter plainte. (ats)

Ton opinion