Région parisienne: Retraités laissés à l'abandon dans un home
Actualisé

Région parisienneRetraités laissés à l'abandon dans un home

La police est intervenue dans une maison de retraite, se trouvant en banlieue parisienne, que le personnel de l'établissement avait déserté.

«Dysfonctionnement», «incident intolérable»: la police est intervenue dans la nuit de mardi à mercredi à la maison de retraite de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) pour constater l'absence de personnel et y trouver des résidents livrés à eux-mêmes.

En apparence, tout est calme aux abords du bâtiment de briques rouges où le service reprenait mercredi. Depuis le hall, où le planning des activités de la semaine est affiché, on distingue les résidents prenant leur repas sur fond de musique douce, tandis qu'une jeune femme apporte le chariot de médicaments.

Mais le personnel de l'encadrement, sollicité par la presse depuis la révélation de l'incident de la nuit, paraît tendu et affligé.

Peu avant minuit, des résidents livrés à eux-mêmes ont d'abord prévenu les pompiers, qui ont à leur tour alerté la police. Les autorités ont alors constaté l'absence de personnel dans l'établissement, qui accueille 71 personnes âgées, selon des sources policières.

«L'équipe de nuit n'est pas venue pour une raison que nous ne connaissons pas encore», a déclaré à l'AFP une source policière.

Le directeur de cet établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), géré par l'association ACPPA, Florian Lacroix, a annoncé l'ouverture d'une enquête interne. Il a reconnu un «dysfonctionnement», qui n'a eu «aucune conséquence sur les résidents».

«Bonne ambiance»

«Il y a sûrement eu un problème de communication entre l'équipe de jour et l'équipe de nuit, il faut savoir ce qui s'est passé et des sanctions seront prises», a-t-il dit à l'AFP.

Au moment des faits, il était avec son adjoint en séminaire en province. Contacté, il a fait appel à des vacataires qui ont assuré le service de nuit et est rentré de toute urgence à Carrières-sous-Poissy.

Des résidents ont dit envisager de porter plainte, selon une seconde source policière, mais aucune plainte n'avait été enregistrée mercredi matin.

Une aide-soignante a confié sous couvert d'anonymat que «cela n'était jamais arrivé» dans cette maison de retraite où il y a «une bonne ambiance». La jeune femme, qui a précisé ne pas avoir travaillé la veille, a déploré que jeudi matin «la faute retombe» sur elle et ses collègues.

Le Maire choqué

Se disant «profondément choqué», le maire (PRG) de Carrières-sous-Poissy, Eddie Aït a dénoncé un incident «intolérable». «C'est très ennuyeux car il n'y avait jamais eu de difficulté, c'est un très bon établissement inauguré en juillet après une restructuration complète à hauteur de trois millions d'euros», a-t-il ajouté.

Le Groupe ACPPA, organisme privé à but non lucratif créé en 1982, comprend aujourd'hui plus d'une quarantaine d'établissements en France. En 2010, il a assuré la prise en charge de 3940 personnes, employant 1500 salariés en équivalents temps plein. (afp)

Ton opinion