Actualisé 30.03.2011 à 20:30

GenèveRéveil tardif contre la réforme du chômage

La 4e révision de la loi sur le chômage entre en vigueur vendredi. Certains à Genève semblent le remarquer seulement aujourd'hui.

de
Raphaël Leroy
Plus de 2'300 personnes seront touchées par la réforme de la loi sur le chômage.

Plus de 2'300 personnes seront touchées par la réforme de la loi sur le chômage.

La loi est fédérale, mais c'est à Genève qu'elle fait le plus grand bruit. Vendredi, plus de 2'300 personnes du canton seront touchées par la réforme du chômage (LACI) qui réduit les indemnités de 120 jours. Parmi elles, 450 environ iront à l'aide sociale rien que pour le mois d'avril.

Un projet de loi dans l'urgence

Face à cette situation, les syndicats et le parti socialiste proposent un projet de loi pour octroyer des indemnités cantonales aux chômeurs en fin de droit. «Pour pouvoir être proche du marché du travail, il faut maintenir ces gens à l'Office cantonal de l'emploi et non les mettre à l'aide sociale», estime Lydia Schneider-Hausser, chef de groupe socialiste au Grand Conseil.

Le problème, c'est que ce projet a été rédigé dans l'urgence la semaine passée, qu'il n'a pour l'heure aucun soutien politique et que sa date de dépôt reste inconnue.

Un projet illégal?

«L'Etat n'a pas attendu fin mars pour découvrir le problème, explique Bernard Favre, secrétaire général adjoint du département de la solidarité et de l'emploi. Depuis 2008, les chômeurs en fin de droit peuvent obtenir des indemnités supplémentaires lorsqu'ils accomplissent un stage emploi formation. Par contre, Berne refuserait probablement des indemnités sans travail.»

Les syndicats, eux, estiment avoir interpellé le canton dès septembre. «L'Etat a fait le maximum au niveau légal et budgétaire», indique Bernard Favre. «Il n'empêche, si ce projet de loi est refusé, nous n'excluons pas de lancer une initiative», prévient Alessandro Pelizzari, président de la Communauté genevoise d'action syndicale. Une manifestation est prévue samedi.

Le canton se mobilise, mais l'horizon reste flou

Trois lettres ont été envoyées depuis novembre par l’Office cantonal de l’emploi (OCE) pour informer les personnes concernées de la réforme de la LACI. L’Hospice général, lui, a engagé l’équivalent de 12,3 postes supplémentaires pour faire face à la situation. Ses heures d’ouvertures ont été prolongées et des guichets ont été créés. L’institution a en outre simplifié le processus de demande d’aide financière et mis en ligne le site www.findechomage-ge.ch. Coût de l’opération: 11 millions de francs sachant que l’ampleur de l’aide sociale reste encore imprécise.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!