Royaume-Uni: Réveillée sur le billard, elle ne peut ni bouger ni crier
Actualisé

Royaume-UniRéveillée sur le billard, elle ne peut ni bouger ni crier

Une Anglaise qui n'avait pas reçu la bonne dose d'anesthésiant a eu la peur de sa vie quand elle a repris connaissance juste avant qu'on lui ouvre le ventre.

par
joc

Alexandra Bythell a bien du mal à se remettre de l'expérience traumatisante qu'elle a vécue il y a trois ans et demi et pour laquelle elle vient de recevoir des dommages et intérêts.

Un jour de septembre 2010, l'Anglaise, aujourd'hui, âgée de 36 ans, s'apprête à subir une appendicectomie au Royal Blackburn Hospital. La patiente reçoit un anesthésiant et le personnel médical lui demande de compter de dix à un. Alexandra s'endort, mais se réveille peu de temps après. Elle se retrouve alors dans une situation horrifiante: ses yeux sont bandés, des tuyaux lui traversent la gorge et les médecins s'apprêtent à l'opérer.

Incapable de bouger et de parler à cause de l'effet paralysant de la morphine, Alexandra entend le personnel médical parler de sa taille et de son poids. Elle sent ensuite quelqu'un piquer et pousser son ventre, avant d'entendre une voix réclamer davantage d'anesthésiant. La patiente se rendort et l'opération se déroule normalement.

«Je pensais que j'allais mourir»

«Tout cet incident a été terrifiant, témoigne la jeune femme au «Telegraph». J'étais hystérique et paniquée mais complètement incapable de faire quoi que ce soit. Je pensais que j'étais déjà en train de me faire opérer et que j'allais mourir.» La malheureuse, à qui l'on a diagnostiqué un trouble du stress post-traumatique, a dû arrêter de travailler pendant quatre mois après l'incident.

L'hôpital a admis avoir oublié de vérifier les niveaux d'anesthésiant administré à la trentenaire. Il a déclaré avoir mis en place de nouvelles procédures qui empêcheront ce genre de mésaventure d'arriver. L'établissement s'est excusé auprès de la trentenaire et a été condamné hier à lui verser des dommages et intérêts pour le traumatisme psychologique subi.

Ton opinion