Revers des islamistes et taux d'abstention record au Maroc
Actualisé

Revers des islamistes et taux d'abstention record au Maroc

Les islamistes marocains n'ont pas réussi la percée qu'ils espéraient aux élections législatives de vendredi.

Ils ambitionnaient de doubler leur 42 sièges au parlement qui en compte 325. Le scrutin a été marqué par une abstention historique.

Les électeurs choisissaient 295 députés dans 95 circonscriptions et 30 députées sur une "liste nationale" séparée, pour assurer un quota de représentation aux femmes. Les résultats définitifs sont attendus dimanche.

Seuls deux inscrits sur cinq se sont déplacés pour ces deuxièmes élections législatives depuis l'accession au trône du roi Mohammed VI en 1999. Selon les estimations du ministère de l'Intérieur, la participation s'établit à 41% contre 52% en 2002. Il s'agit du taux le plus bas de l'histoire du royaume.

Les partis en lice sont répartis en trois grandes tendances: les islamistes, dont le PJD, les partis de la coalition gouvernementale et la gauche non gouvernementale. La coalition sortante est dominée par les deux principaux parti laïques, l'USFP (socialiste) et l'Istiqlal (nationaliste), qui disposaient respectivement de 50 et 48 sièges.

Le mode de scrutin à la proportionnelle ne permet à aucun parti d'obtenir la majorité absolue.

(ats)

Ton opinion