Actualisé 21.05.2019 à 15:01

Eaux-Vives (GE)

Revers pour la boucle de retournement du tram 12

Le Tribunal fédéral a partiellement admis le recours d'opposants qui contestaient un projet annexe à la gare CEVA des Eaux-Vives.

La décision de justice concerne la ligne 12, qui doit pouvoir rebrousser chemin au niveau de la gare des Eaux-Vives si besoin.

La décision de justice concerne la ligne 12, qui doit pouvoir rebrousser chemin au niveau de la gare des Eaux-Vives si besoin.

dra / 20 Minutes

Le déplacement de la boucle de retournement des Eaux-Vives à Genève subit un revers. Le Tribunal administratif fédéral retourne le dossier à l'Office fédéral des transports (OFT) afin que l'assainissement sonore de la rue de Savoie soit examiné.

La cour administrative a partiellement admis le recours de neuf opposants à ce projet annexe à la liaison ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA). L'aménagement de la gare des Eaux-Vives implique en effet le déplacement de la boucle de rebroussement du tram 12 depuis la place devant la gare vers la rue de Savoie.

Dans un arrêt publié mardi, le Tribunal administratif fédéral rejette la plupart des arguments des opposants portant sur la nécessité de ce déplacement et l'opportunité d'emprunter la rue de Savoie déjà surchargée par le trafic routier. Sur ces points, il conclut que l'OFT a évalué correctement les répercussions du projet concernant l'emplacement de la nouvelle boucle.

En revanche, les juges de Saint-Gall ont estimé que l'office aurait dû examiner si l'assainissement sonore de la rue de Savoie, planifié par les autorités genevoises, pouvait être réalisé simultanément. Ou si les conditions d'octroi d'un allègement des mesures de lutte contre le bruit étaient réalisées. Les opposants invoquaient les émissions sonores du trafic routier qui dépassent déjà les valeurs-limites sur cet axe.

Le déplacement de la boucle de rebroussement de la ligne de tram 12 est justifié par les autorités par la volonté de réaménager la place de la gare des Eaux-Vives afin de favoriser la mobilité douce. L'exploitation d'une telle boucle, qui n'est utilisée qu'en cas de perturbation du trafic, n'est pas compatible avec la circulation des usagers de la gare appelée à devenir la plus importante du canton après Cornavin, estiment-elles. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!