Actualisé 04.07.2006 à 21:06

Réviser ses examens à coups de pilule mène au burn-out

Mis à rude épreuve durant les examens, les étudiants cherchent de l'aide en pharmacie.

«Je dois beaucoup travailler, le stimulant que j'achète en pharmacie me permet de rester éveillée.» Comme beaucoup d'autres, Sabrina, étudiante en biologie, fait appel à des produits pharmaceutiques à l'approche des examens. Lionel, étudiant en pharmacie, considère cette pratique comme tout à fait normale: «En période d'examens, il faut fournir un effort important. Il faut donc que le corps puisse avoir tout ce dont il a besoin.»

A en croire Sabrina, le recours aux dopants serait très courant, en particulier pour les étudiants en médecine soumis à une forte sélection. Pour le Dr Luc Michel, responsable de la consultation psychothérapique des étudiants à l'UNIL, la prise de médicament n'est pas un geste si anodin.

Il dénonce en particulier la prise d'excitants dans le but de dormir moins pour pouvoir travailler plus: «Les étudiants qui limitent leur repos et leur vie sociale entrent dans un cercle vicieux. Ils ont l'impression de ne pas travailler assez et de ne pas maîtriser la matière. L'absence de repos augmente encore ce sentiment. Au final, les étudiants peuvent être victimes de burn-out.»

Les retraits d'examens pour ce motifs seraient, selon lui, réguliers. Mais les produits consommés avant les examens ne sont pas tous des excitants. Certains se font plutôt prescrire des produits diminuant l'effet du stress. La majorité se contente de complément alimentaires censés améliorer la concentration. «En prenant des vitamines, les étudiants se sentent plus forts.»

Joël Burri

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!