Géant de Beaver Creek: Revivez le come-back réussi de Daniel Albrecht
Actualisé

Géant de Beaver CreekRevivez le come-back réussi de Daniel Albrecht

Le Suisse Daniel Albrecht, après son très grave accident de Kitzbühel, s'est qualifié dimanche pour la seconde manche du géant de Coupe du monde de Beaver Creek.

Le Suisse Daniel Albrecht a réussi un sacré exploit dimanche en prenant la 21e place du géant de Beaver Creek pour sa première course depuis sa terrible chute à Kitzbühel en janvier 2009, qui lui avait valu trois semaines de coma et de nombreuses blessures.

Ce premier géant de la saison, après l'annulation de celui de Sölden fin octobre, a été remporté avec maîtrise par l'Américain Ted Ligety (en 2 min 37 sec 67/100), qui a devancé de 82/100 le Norvégien Kjetil Jansrud, vice-champion olympique de géant, et de 1 sec 24/100 l'Autrichien Marcel Hirscher.

L'Américain de 26 ans s'adjuge son 6e succès en Coupe du monde et prend une petite revanche sur la «Birds of prey», lui qui n'y avait jamais gagné alors qu'il n'avait pas fait moins bien que 4e depuis 2005 en géant et où il avait même été battu pour 01/100 par l'Autrichien Benni Raich il y a deux ans.

«C'est ma première victoire aux Etats-Unis, c'est important pour moi, a indiqué Ligety. J'ai pris tous les risques dans les deux manches, sans me montrer conservateur. C'est fantastique de commencer la saison comme ça !»

Albrecht a éclaboussé la piste de son courage et son sourire à l'arrivée de la deuxième manche, les deux bras levés, en disaient long sur son soulagement.

«Ce que j'ai fait aujourd'hui a plus de valeur pour moi que ma médaille d'or mondiale (en super-combiné à Are en 2007)!», a confié le Suisse.

Le Haut-Valaisan n'avait plus skié au plus haut niveau depuis 681 jours et son horrible chute lors d'un entraînement descente sur la Streif qui l'avait laissé avec de nombreuses blessures (traumatisme crânien, hémorragie cérébrale, aplatissement d'un poumon) et l'avait contraint de suivre une interminable rééducation pour réapprendre à parler et à se mouvoir normalement.

Pari gagné

Lui qui ne pensait pas être capable de sa qualifier en seconde manche pour sa première course, Albrecht avait épaté son monde en prenant la 17e place du premier tracé. «Il faut que je me prépare pour la seconde manche !», s'était-il exclamé juste après, comme étonné de sa performance.

Dans le deuxième tracé, il y a bien eu ce petit déséquilibre en fin de parcours mais le Suisse de 27 ans a fini sur ses skis, sous les vivas de la petite foule de connaisseurs qui comprenaient bien la portée de cette performance, bien plus significative humainement que sportivement.

«J'étais tellement heureux après la première manche que j'ai eu du mal à me concentrer sur la seconde. J'ai quand même réussi à skier calmement, en restant peut-être un peu sur la réserve», a indiqué Albrecht, assailli par les médias.

«Il ne sera absolument pas question de points ou de classement», avait-il indiqué vendredi en annonçant son retour. «Je veux juste retrouver toutes ces sensations dont je ne me rappelle plus, ces sentiments que l'on éprouve le jour d'une course, ce qu'on ressent dans le portillon de départ».

«Je veux savoir si tout ça en vaut la peine». Pari gagné.

La deuxième manche

(Source: TSR)

(afp)

Ton opinion