Polémique franco-suisse: Richard Ferrand: «Y a pas le feu au lac, hein!»
Actualisé

Polémique franco-suisseRichard Ferrand: «Y a pas le feu au lac, hein!»

Alors que ses propos sur les votations ont provoqué la colère en Suisse, Richard Ferrand ne s'est pas excusé, mais a tenté de minimiser l'«incident diplomatique».

par
cga

Les propos de l'actuel président de l'Assemblée nationale sont très mal passés en Suisse. Au mois de juillet dernier, Richard Ferrand, alors chef du groupe LREM (majoritaire) à l'Assemblée, avait ironisé en évoquant le système politique de démocratie semi-directe pratiqué dans la Confédération: «Tout à l'heure, quelqu'un vantait la grande démocratie cantonale helvétique, avait-il déclaré. Reprenez les thèmes qui sont soumis: c'est très souvent le fait de quelques cliques affairistes et de quelques lobbyistes qui, d'ailleurs, à la fin des fins, sont souvent démasqués.»

Sur le moment, ses propos étaient passés inaperçus. Mais leur rediffusion par France 3 lundi soir, dans le contexte de la crise des «Gilets jaunes», a provoqué la colère du conseiller national PDC genevois Guillaume Barazzone. Après une passe d'armes sur Twitter...

… l'ancien maire de Genève avait posté l'extrait du JT de France 3, sans préciser que Richard Ferrand avait tenu ses propos cinq mois auparavant. Ce dernier, après avoir crié à la «fake news», était resté muet.

Mercredi, Richard Ferrand a réagi à la polémique, interrogé par «Quotidien» (voir vidéo ci-dessus). S'il ne s'est pas excusé, il a tenté de minimiser ses propos: «Tout citoyen libre a le droit de dire ce qu'il pense du système politique de son voisin», s'est-il défendu, précisant avoir «beaucoup de respect et d'affection pour les Suisses». «Comme on dit: y a pas le feu au lac. Les femmes et les hommes libres, qu'ils soient Suisses ou Français, peuvent parler de leurs voisins avec affection. Et parfois aussi avec taquinerie», a-t-il éludé. Pas sûr pour autant que ses explications calment les ardeurs helvétiques.

Le match Suisse-France sur le référendum citoyen vu par Twitter

Ton opinion