Genève: Richemond: sous le choc, le personnel en appelle à Poggia
Actualisé

GenèveRichemond: sous le choc, le personnel en appelle à Poggia

Les employés de l’hôtel genevois qui va fermer ses portes fin août, déplorent l’absence de plan social. Ils ont sollicité vendredi l’intervention du conseiller d’Etat chargé de l’emploi.

Le palace a annoncé sa fermeture pour une durée indéterminée. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le palace a annoncé sa fermeture pour une durée indéterminée. (KEYSTONE/Martial Trezzini)

keystone-sda.ch

Bien qu'envisageant le pire depuis plusieurs semaines, le personnel de l'hôtel Le Richemond demeure sous le choc depuis l'annonce de la direction de fermer le palace pour une durée indéterminée à cause des difficultés provoquées par l'épidémie de Covid-19. Il en appelle aujourd'hui au gouvernement genevois.

Une lettre a été adressé au conseiller d'Etat Mauro Poggia, indique vendredi le syndicat SIT, qui défend les intérêts des employés du 5 étoiles. Le personnel y réitère sa demande de négociation d'un plan social. La fermeture du Richemond laisse environ 130 salariés sur le carreau.

Refus de la direction

Le SIT précise que la direction a refusé jusqu'à présent de proposer un plan social, de discuter par exemple d'une convention de réembauche valable lorsque le palace rouvrira ses portes, ou de prévoir un plan retraite pour les employés les plus âgés, voire de verser une prime de départ.

Le syndicat espère maintenant que l'actionnaire principal du Richemond, le milliardaire malaisien Ananda Krishnan, fasse un geste en faveur du personnel de l'hôtel, au regard de son immense fortune. L'homme d'affaires est aussi propriétaire du Four seasons Hôtel des Bergues, un autre palace genevois historique.

«Parce que le cas du Richemond est emblématique de notre période», il faut préparer des réponses politiques à la situation des licenciements collectifs», relève le SIT. La lettre adressée à Mauro Poggia demande de réunir toutes les parties autour d'une table afin de favoriser la conclusion d'un accord sur un nécessaire plan social.

(ATS)

Ton opinion