Luxe: Richemont augmente ses ventes au 3e trimestre
Actualisé

LuxeRichemont augmente ses ventes au 3e trimestre

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe s'attend à ce que la marge opérationnelle soit impactée par l'environnement difficile. Marchés et analystes sont déçus.

Richemont souffre dans son secteur horloger.

Richemont souffre dans son secteur horloger.

photo: Keystone

L'action du groupe de luxe genevois Richemont a ouvert en baisse jeudi à la Bourse suisse. Peu avant 10h00, elle cédait 1,5% environ à 64,45 francs, dans un marché des valeurs vedettes SMI toujours nerveux en contraction de 1,4%.

Les ventes du groupe de luxe genevois Richemont ont augmenté de 3% au 3e trimestre de son exercice décalé 2015/2016 (clos à fin décembre), à 2,9 milliards d'euros (3,2 milliards de francs). Sur neuf mois, les ventes ont augmenté de 11%, à 8,7 milliards d'euros.

Comparé aux six premiers mois de l'exercice, le ralentissement des ventes a largement reflété la faible marche des affaires en Europe et le défi que représente la région Asie Pacifique, précise jeudi Richemont dans un communiqué. A taux de change constant, les ventes ont baissé de 4%.

La joaillerie déçoit

Pour Vontobel, le tassement de 4% durant ce trimestre, caractérisé par les ventes de Noël, est en dessous des prévisions de la banque (-3%).

L'analyste René Weber souligne aussi que l'Asie a légèrement progressé tandis que l'Europe a reculé, affecté notamment par les attaques terroristes de Paris. Le Japon a quant à lui avancé moins vite que prévu: 9% en monnaies locales au 3e trimestre, contre 44% au premier semestre.

Par contre, le recul de la division joaillerie (-5% en monnaies locales) est une «mauvaise surprise». La baisse du secteur de l'horlogerie (-4% à taux de change constants) s'est accentuée par rapport au premier semestre, note la banque.

Pour le quatrième trimestre, l'analyste prévoit aussi un repli des ventes en monnaies locales. «Comme la joaillerie présente maintenant une croissance négative, nous allons revoir à la baisse nos prévisions», écrit René Weber.

Inférieurs aux attentes

Bernstein constate aussi que les résultats sont en dessous du consensus, tant en monnaies locales qu'en euros. L'établissement se montre toutefois confiant pour l'avenir.

La situation à Hong Kong et la demande devraient s'améliorer en 2016, selon la banque, grâce au lancement de nouveaux produits chez Cartier et le restockage des montres dans certaines régions.

Les ventes de la division joaillerie ont rapporté 1,6 milliard d'euros, soit une progression de 2% (-4% à taux de change constant). L'horlogerie a elle généré durant cette période 826 millions d'euros, soit un gain de 1% (-4% à taux de change constant). Les autres secteurs ont rapporté 498 millions.

Exercice prévu en baisse

Par région, les ventes sont restées stables en Europe (gain d'un million à 868 millions d'euros), contrastant avec les six premiers mois du fait d'un tourisme moindre. Situation similaire dans la région Asie-Pacifique (un peu plus d'un milliard, comme en 2014), où la demande en montres se contracte.

Les ventes ont par contre augmenté de 17% au Japon (281 millions d'euros), de 9% en Amérique (515 millions) et de 4% au Moyen-Orient et en Afrique (227 millions).

Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe s'attend à ce que la marge opérationnelle soit négativement impactée du fait de l'environnement difficile. Les résultats annuels seront annoncés le 20 mai. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion