Actualisé 14.02.2019 à 13:01

Procès des indépendantistes catalans

«Rien de ce que nous avons fait n'est un délit»

Le procès historique de douze dirigeants indépendantistes catalans a commencé mardi à Madrid. Le principal accusé refuse de répondre aux questions du juge.

1 / 72
La Cour des comptes espagnole a réclamé à l'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont et près de 30 autres dirigeants séparatistes 4,4 millions de francs. Il s'agit de la somme dépensée, selon elle, pour organiser le référendum d'autodétermination interdit de 2017. (Mercredi 29 janvier 2020)

La Cour des comptes espagnole a réclamé à l'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont et près de 30 autres dirigeants séparatistes 4,4 millions de francs. Il s'agit de la somme dépensée, selon elle, pour organiser le référendum d'autodétermination interdit de 2017. (Mercredi 29 janvier 2020)

AFP
Six séparatistes catalans condamnés à la prison pour la tentative de faire sécession d'Espagne en 2017 sont sortis exceptionnellement de prison mardi pour comparaître devant une commission du parlement régional catalan. (Mardi 28 janvier 2020)

Six séparatistes catalans condamnés à la prison pour la tentative de faire sécession d'Espagne en 2017 sont sortis exceptionnellement de prison mardi pour comparaître devant une commission du parlement régional catalan. (Mardi 28 janvier 2020)

AFP
Le président indépendantiste catalan Quim Torra, condamné pour désobéissance, a perdu lundi son mandat de député régional après avoir été lâché par l'autre grande composante du mouvement séparatiste. (27 janvier 2020)

Le président indépendantiste catalan Quim Torra, condamné pour désobéissance, a perdu lundi son mandat de député régional après avoir été lâché par l'autre grande composante du mouvement séparatiste. (27 janvier 2020)

AFP

Le principal accusé au procès des indépendantistes catalans, l'ancien vice-président régional Oriol Junqueras, a annoncé jeudi qu'il refuserait de répondre aux questions de l'accusation. Il est jugé aux côtés d'onze autres indépendantistes.

«On me poursuit pour mes idées et non pour mes actes et étant donné que je suis dans un procès politique (...), je ne répondrai pas aux questions de l'accusation», a-t-il déclaré au début de son audition. «Je ne vais pas renoncer à mes convictions démocratiques et l'accusation ne va pas arrêter de me poursuivre pour elles, je suis donc dans l'incapacité de me défendre», a-t-il affirmé au juge avant de répondre en revanche aux questions de son avocat.

Oriol Junqueras et onze autres indépendantistes catalans sont jugés pour avoir organisé le 1er octobre 2017 un référendum d'autodétermination interdit par la justice et la proclamation le 27 octobre d'une république catalane indépendante, qui avait déclenché la plus grave crise politique que l'Espagne ait connue depuis la fin du franquisme.

«Rien de ce que nous avons fait n'est un délit. Rien, absolument rien. Voter lors d'un référendum n'est pas un délit. Travailler à l'indépendance pacifiquement n'est pas un délit», a insisté Oriol Junqueras.

«Prisonnier politique»

Ancien vice-président du gouvernement indépendantiste catalan, M. Junqueras est le principal accusé de ce procès historique qui s'est ouvert mardi à Madrid, en l'absence de Carles Puigdemont, l'ancien président régional qui a fui en Belgique pour échapper aux poursuites.

Le parquet a requis une peine de 25 ans de prison pour rébellion et détournement de fonds à l'encontre de M. Junqueras. Il est en détention provisoire depuis plus d'un an et se considère comme un "prisonnier politique". (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!