Les Bleus sont de retour: Rien n'a filtré de la rencontre Henry/Sarkozy
Actualisé

Les Bleus sont de retourRien n'a filtré de la rencontre Henry/Sarkozy

Thierry Henry a été reçu par le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy à l'Elysée jeudi à la mi-journée, tout juste après avoir débarqué de l'avion ramenant l'équipe de France d'Afrique du Sud.

par
mac

L'avion de l'équipe de France de football a atterri à 11h50 ce matin à l'aéroport du Bourget à Paris. Henry s'est directement rendu à l'Elysée où Sarkozy l'attendait pour une rencontre privée.

Selon la présidence, l'entretien entre Nicolas Sarkozy et le joueur du FC Barcelone, jamais titularisé lors des trois seuls matches joués par les Bleus, est d'ordre «privé», et rien ne devrait filtrer de leurs discussions, du moins côté Elysée.

Le monospace noir de la présidence dans lequel Thierry Henry était monté à descente de l'avion au Bourget (banlieue de Paris) a évité la centaine de journalistes et photographes massés devant la porte principale de l'Elysée en optant pour un accès situé derrière le parc, peu après 12h30 (10h30 GMT).

Un important dispositif de sécurité protégeait les abords de la présidence.

Il s'agit de la première rencontre en tête-à-tête entre le chef de l'Etat et le joueur le plus «capé» (122 sélections) et le plus prolifique (51 buts) de la sélection tricolore.

Avec les titres de champion du monde de 1998, champion d'Europe 200O et finaliste du Mondial en 2006, Thierry Henry aligne aussi le plus beau palmarès de tous les joueurs français actuels.

Jeudi matin, lors du petit-déjeuner hebdomadaire de la majorité à l'Elysée, Nicolas Sarkozy a répété que ce rendez-vous avait été fixé «à la demande» du joueur.

«On verra ce qu'il veut me dire. Si je ne m'occupe pas de ce problème, on me le reprochera mais on n'a pas vocation à intervenir en permanence sur ce dossier», a ajouté le président, dont les propos ont été rapportés à l'AFP par l'un des participants.

Outre l'élimination au premier tour sans aucune victoire et avec un seul but marqué, l'entretien devait porter selon toute vraisemblance sur la fronde inédite des joueurs contre l'encadrement -qui s'est traduite par un refus de s'entraîner- après l'exclusion de Nicolas Anelka du groupe pour des insultes proférées envers Raymond Domenech.

Au Mondial sud-africain, Henry était remplaçant dans le onze français et il n'est entré en jeu que deux fois, à chaque fois en seconde mi-temps: une demi-heure contre l'Uruguay et 20 minutes contre l'Afrique du Sud.

(mac/afp)

Ton opinion