Sortie cinéma - Rien ne vaut un bon casse pour se changer les idées
Publié

Sortie cinémaRien ne vaut un bon casse pour se changer les idées

Dans «El robo del siglo» («Le braquage du siècle»), tout semble réuni pour nous faire oublier nos soucis d’aujourd’hui.

par
Catherine Magnin

Pas question de pandémie, de confinement, de vaccin, de crise. Pas de #MeToo, de #BlackLivesMatter. Pas de quête d’identité sexuelle, ni même de sexe d’ailleurs, quasi aucune femme, nulle trace de romance. Pas d’acteurs célèbres (sous nos latitudes), glamour ou tirés à quatre épingles. Pas de sang, de méchants, de gadgets high-tech… Mais qu’est-ce donc que ce film argentin?

L’histoire du hold-up d’une banque de Buenos Aires, en 2006, imaginé par un féru de philosophie et de... marijuana. Avec cinq complices qui n’ont plus vingt ans, il va mélanger ingéniosité et culot.

Pas neuf, tout ça? Non. Mais diablement efficace. Sur une musique jazzy, «El robo del ­siglo» relate malicieusement le montage du hold-up au fur et à mesure de son déroulement. Le spectateur retient son souffle à chaque point de suspension de la narration, quand on a l’impression que les larrons sont dans une impasse. Comment vont-ils s’en sortir?

Avec une mise en scène un peu plus imaginative, des boulons plus serrés dans la caractérisation des personnages, ce thriller argentin aurait été une perle. Mais qu’importent ses imperfections: loin des préoccupations covidiennes, le film d’Ariel Winograd fait office de bouffée d’air frais, de pur divertissement. Et puis, cerise sur le gâteau: c’est tiré d’une histoire vraie!

«El robo del siglo»

D’Ariel Winograd. Avec Diego Peretti, Guillermo Francella. Sortie en salle mercredi 5 mai 2021. Note: ***

Ton opinion