Risque de grève aux TPG malgré le geste salarial de la direction

Publié

GenèveRisque de grève aux TPG malgré le geste salarial de la régie

Les Transports publics genevois ont accordé 0,6% d’indexation à leurs employés. Deux syndicats jugent cette augmentation insuffisante. 

Les employés des TPG avaient déjà fait grève le 19 novembre 2014.

Les employés des TPG avaient déjà fait grève le 19 novembre 2014.

TDG – L. Guiraud

La menace d’une grève des chauffeurs de bus et de trams plane toujours. Mardi, les Transports publics genevois (TPG) ont indiqué avoir décidé d’indexer de 0,6% les salaires de leurs employés (soit une demi-indexation) dès le mois de septembre, et de leur verser une prime exceptionnelle de 400 francs nets. Or, depuis le début de l’année, les syndicats SEV et Transfair réclament une indexation entière de 1,2% et une prime de 500 francs.

Ils avaient lancé une consultation de leur base, s’achevant ce mercredi. Il en est ressorti que, selon le SEV, 70% des collaborateurs affiliés aux deux syndicats rejettent l’offre entérinée lundi déjà par le Conseil d’administration de la régie publique. «C'est une décision unilatérale de la direction des TPG», s'est indignée Aurélie Lelong, secrétaire syndicale au SEV.

«Insuffisant pour la base»

Par conséquent, le préavis de grève est réactivé. Les modalités de lutte devraient être décidées en début de semaine prochaine. «Au vu du contexte actuel, ce qu'offre la direction des TPG est insuffisant pour la base, qui entend se battre pour préserver son pouvoir d'achat», a déclaré Aurélie Lelong.

Le Conseil d’administration, lui, avait expliqué mardi que cette décision reconnaissait «à la fois les intérêts du personnel et de l’entreprise», et qu’elle «traduisait l’évolution de l’économie genevoise en 2021 et la situation financière difficile des TPG qui ont enregistré une perte cette année-là».

Un syndicat dissident

(dra/jef)

Ton opinion

75 commentaires