Crise en Espagne: Risque important de dérapage budgétaire

Actualisé

Crise en EspagneRisque important de dérapage budgétaire

La Commission européenne estime que l'Espagne risque de ne pas tenir ses objectifs de réduction de déficit en 2012, qui étaient fixés à 6,3%.

«La consolidation budgétaire s'est poursuivie au troisième trimestre mais l'objectif de réduction de déficit pour 2012 ne va probablement pas être atteint», note ce rapport qui fait le point sur le programme d'aide dont Madrid bénéficie pour son secteur bancaire.

En cause: le risque de dérapage des régions espagnoles, lourdement endettées, que ne peuvent compenser les mesures de consolidation budgétaire prises au quatrième trimestre telles que la hausse de la TVA, la suppression de la prime de Noël pour les fonctionnaires, indique ce rapport.

En dépit des efforts faits par Madrid, «atteindre un déficit de 6,3% sera très difficile», assène ce rapport publié quelques semaines avant de nouvelles prévisions économiques de la Commission européenne, attendues le 22 février.

La Commission estime que Madrid va enregistrer un déficit public de 8% en 2012 et table sur un déficit de 6,1% en 2013, loin des objectifs affichés par Madrid qui avait promis d'enregistrer un déficit public de 4,5% en 2013 et de passer sous la barre des 3% en 2014.

Pas une surprise

Ce nouveau dérapage n'est guère surprenant: fin 2012, la Commission avait indiqué que Madrid ne devrait pas être en mesure de respecter ses engagements budgétaires et avait desserré l'étau autour du pays, en ne lui demandant pas d'efforts supplémentaires pour la période 2012-2013.

Engagée dans un effort historique de rigueur pour réduire son déficit public, qui a bondi à 9,4% du produit intérieur brut (PIB) en 2011, l'Espagne a multiplié coupes budgétaires et hausses d'impôts, afin de récupérer 150 milliards d'euros d'ici 2014.

Mais elle risque de devoir faire de nouveaux sacrifices pour revenir dans les clous européens alors qu'elle a déjà été autorisée à repousser d'un an - jusqu'en 2014 - son objectif pour ramener son déficit public sous la barre des 3%. (ats)

L'Espagne emprunte avec des taux en forte baisse

L'Espagne a emprunté mardi 2,785 milliards d'euros (3,45 milliards de francs) à court terme, bénéficiant de taux d'intérêt en nette baisse dans un marché apaisé depuis le début de l'année. Le Trésor espagnol a levé 1,206 milliard d'euros à trois mois à un taux moyen de 0,441% contre 1,195% lors de la précédente émission similaire le 18 décembre, et 1,579 milliard d'euros à six mois, à 0,888% contre 1,609% le 18 décembre. Le montant emprunté est légèrement plus important que prévu, puisque le pays prévoyait de lever entre 1,5 milliard et 2,5 milliards d'euros. La demande des investisseurs a été largement supérieure, avec un livre d'ordres total de 11,12 milliards, soit près de quatre fois le montant offert. L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, bénéficie depuis plusieurs semaines d'une accalmie sur les marchés, après une année 2012 marquée par une grande défiance des investisseurs, la pression ayant atteint des niveaux record durant l'été, lorsque beaucoup pensaient que le pays serait forcé de demander le sauvetage de son économie.

Ton opinion