Publié

Euro 2020Roberto Mancini: «Shaqiri? Un des meilleurs No 10»

Le sélectionneur italien n’a pas lâché grand-chose en conférence de presse d’avant-match, avant d'affronter à domicile la Suisse, mercredi, dans la poule A de l'Euro 2020.

par
Robin Carrel
(Rome)
Roberto Mancini insiste sur le travail.

Roberto Mancini insiste sur le travail.

AFP

Depuis qu'il est à la tête de la Squadra, l'ancien coach de Manchester City a transformé sa sélection. Elle est portée vers l'avant, rapide, et les résultats suivent. Ça ne changera pas au Stadio Olimpico contre la Suisse. Interview d'avant-match du «Mister» avec quand même pas mal de langue de bois...

Voulez-vous, comme en Espagne par exemple, que tous les supporters soient en bleu dans le stade?

Ce serait génial! Mais encore plus si on pouvait avoir davantage de monde encore dans les tribunes... C’est comme ça en temps de Covid. Ce sera surtout à nous aussi de peindre le terrain de bleu, avant le coup de sifflet final.

Vous avez toujours parlé de plaisir sur le pré. Vos joueurs ont adopté cette approche?

On a la chance de jouer un match de foot de l’Euro 2020 chez nous et c’est une chance incroyable. Il faut qu'il y ait de la joie sur le terrain! C'est ce que nous faisons, ce que nous vivons quand nous sommes ensemble. Nous sommes ravis d'être là et on veut le partager avec un maximum de gens également.

Des préoccupations avant le match contre la Suisse?

Nous savons que la Suisse est une équipe potentiellement problématique. Une des dix ou douze des meilleures du classement de la FIFA. Elle a aussi pas mal de joueurs chevronnés. En prime, son sélectionneur Vladimir Petkovic connaît le football italien par cœur. On devra être bons sur le terrain.

Qui va remplacer Florenzi? Et Immobile est-il votre premier choix devant?

Notre équipe a plusieurs joueurs et plusieurs attaquants capables de jouer. Mais même quand on change des individualités, ça se passe très bien pour nous. Mercredi, je vais devoir choisir le onze et si je changeais quelque chose, ça ne changerait rien au résultat. Nous avons notre style de jeu et tout le monde sait exactement ce qu'il doit faire.

«Mais moi, je parle à mes joueurs du 11 juillet à Wembley à Londres.»

Roberto Mancini

(Question d’un reporter britannique) Votre performance de vendredi dernier a été excellente et fait de vous peut-être un des favoris. Trop tôt à votre avis?

(Il hésite) Je crois que si les Anglais le disent, on peut l'accepter. En général, ils sont bons sur les paris... Mais il est encore un peu trop tôt pour vraiment se prononcer là-dessus! Mais moi, je parle à mes joueurs du 11 juillet à Wembley à Londres. Pour ce faire, il faut gagner les matches qui vont venir. Je crois que nous sommes une bonne équipe et nous avons déjà fait nos preuves...

Vous avez parlé avec Gianluigi Donnarumma quant à son futur?

Je ne sais pas ce qui va se passer ces prochaines semaines. C’est dur d'en parler. Mais s'il décide d'aller à Paris, ce serait une bonne décision. Ils ont une équipe formidable.

Qu'avez-vous pensé du premier match de la Suisse?

Il faisait très chaud à Bakou, apparemment... La Suisse semble avoir rencontré quelques problèmes avec la chaleur, là-bas. On connait très bien cette sélection, puisqu'elle est aussi dans notre groupe de qualification pour la Coupe du monde au Qatar. La Suisse a un bon style de jeu, bien identifié. Il va falloir ne pas laisser la moindre faille et être parfaits sur le terrain, si nous voulons remporter les trois points.

Xherdan Shaqiri en 2015 avec le maillot intériste.

Xherdan Shaqiri en 2015 avec le maillot intériste.

AFP

Vous aviez Shaqiri à l'Inter, pourquoi ça n'avait pas fonctionné? Est-il la principale menace de la Suisse?

Les matches contre la Suisse sont toujours très durs pour nous. On devra être sur nos gardes. On risque toujours de prendre des buts... Shaqiri avait fait ce qu'il devait faire à l’époque. Mais ce n'était juste pas le bon timing. Il venait d'Allemagne et est reparti ensuite. Mais je pense qu'il fait partie actuellement des meilleurs No 10 en Europe.

La victoire contre la Turquie a-t-elle été un boost? A-t-elle permis de se détendre un peu?

Non, ça va être très difficile et on le sait. Contre la Turquie, on a pu marquer et casser leurs lignes, mais on a souffert. Nous allons nous battre à 100% pour gagner encore mercredi.

Vous pouvez faire un point sur l'état de santé de Marco Verratti?

Marco travaille d'arrache-pied. Il s'est entraîné avec l'équipe et on a une perspective positive. On verra demain soir s'il peut débuter. On reste optimistes.

Ton opinion