Rome: Rocco Siffredi, futur président de l'Italie?
Actualisé

RomeRocco Siffredi, futur président de l'Italie?

Visiblement peu inspirés par les candidats désignés par leurs partis, des grands électeurs ont opté pour des choix fantaisistes.

Rocco Siffredi ou Sophia Loren à la tête de l'Italie? Pourquoi pas!

Rocco Siffredi ou Sophia Loren à la tête de l'Italie? Pourquoi pas!

De la pornostar Rocco Siffredi à l'actrice Sophia Loren, en passant par l'ex-épouse de Silvio Berlusconi, plusieurs noms insolites ont émergé à l'occasion des deux premiers tours de l'élection du président de la République italienne.

Visiblement peu inspirés par les candidats désignés par leurs partis, quelques-uns des 1007 grands électeurs -députés, sénateurs et représentants des régions- qui votaient à bulletins secrets ont opté pour des choix fantaisistes.

Sourire embarrassé, le président du Sénat Piero Grasso hausse les épaules, sa collègue de la Chambre des députés vient de lire le nom de Rocco Siffredi, la célèbre star italienne du cinéma porno. Problème: il est né en 1964 et n'a donc pas les 50 ans minimum requis pour être élu.

Autres votes classés dans la catégorie «des suffrages perdus», ceux qui se sont portés par exemple sur Veronica Lario, l'ex-femme de M. Berlusconi, l'ancien entraîneur de l'équipe italienne de football Giovanni Trappatoni, le comte Raffaello Mascetti, personnage incarné dans Amici Miei par Ugo Tognazzi, ou alors la plantureuse starlette Valeria Marini.

De Capitan Ultimo à Sophia Loren

Tout aussi inutiles, les votes qui sont allés par exemple à Capitan Ultimo, le super-policier Sergio De Caprio, qui s'était rendu célèbre pour avoir arrêté le boss mafieux Toto Riina, au journaliste Michele Cocuzza et à l'actrice Sophia Loren.

Même chose pour les parlementaires qui ont donné leurs voix au vieux démocrate-chrétien, Arnaldo Forlani, 87 ans, à la petite-fille du dictateur Benito Mussolini, Alessandra mais aussi à l'ex-président de la Chambre des députés Gianfranco Fini ou à l'égérie de la droite berlusconienne Daniela Santanché. (afp)

Ton opinion