Actualisé 26.07.2012 à 09:17

Pharma

Roche a vu son bénéfice dégringoler

Malgré un chiffre d'affaires en légère hausse, le groupe pharmaceutique bâlois Roche a vu son bénéfice net dégringoler au 1er semestre.

Le bénéfice net du géant bâlois est ressorti à 4,37 milliards de francs, en baisse de 17% (-14% à taux constants/TCC) sur celui de la même période de 2011.

Roche attribue ce recul principalement à des coûts non récurrents liés à la fermeture du site américain de Nutley (New Jersey) annoncée en juin et qui vise à regrouper les activités de recherche et développement du groupe en Suisse et en Allemagne. Ces coûts s'élevaient à 858 millions de francs en juin, précise la multinationale.

Le résultat opérationnel rapporté aux activités de base s'est pour sa part amélioré de 5% ( 7% à taux constants/TCC), pour des ventes en hausse de 3% ( 4% TCC) à 22,42 milliards de francs, selon le rapport semestriel publié jeudi. Le chiffre d'affaires de la division Pharma a crû de 4% à 17,41 milliards de francs, celui de la division Diagnostics de 3% à 5,01 milliards.

Dans la division Pharma, les ventes ont connu une forte croissance à taux constants ( 6%) aux Etats-Unis, son plus grand marché, et dans les sept pays émergents clés que sont le Brésil, la Chine, l'Inde, le Mexique, la Russie, la Corée du Sud et la Turquie ( 13%), du fait en particulier d'une augmentation des dépenses de santé publique dans ces pays.

Les ventes de cette division au Japon sont restées stables, mais elles ont reculé de 3% en Europe de l'Ouest, une baisse que Roche attribue à «l'impact négatif des génériques» ainsi qu'aux mesures d'austérité prises par certains pays.

Dans la division Diagnostics (tests médicaux), où Roche est leader mondial avec une part de marché de l'ordre de 20%, le groupe dit avoir enregistré une progression dans toutes les régions, et plus particulièrement dans la zone Asie-Pacifique ( 17%) et la Chine ( 32%).

Recouvrement d'impayés

Mais alors que le bénéfice d'exploitation de la division Pharma s'est accru de 9% TCC, celui de Diagnostics s'est détérioré de 5%, en raison notamment de créances irrécouvrables en Turquie et au Brésil, et de frais liés au recouvrement de créances en Europe du Sud, notamment en Espagne, en Italie, au Portugal et en Grèce.

Selon le directeur général du groupe Severin Schwan, les impayés dans cette région se situaient à quelque 2 milliards d'euros (2,4 milliards de francs) au début de l'année. Ils ont depuis pu être ramenés à 1,5 milliard d'euros, a-t-il expliqué lors d'une conférence téléphonique.

Prévisions prudentes

Pour l'ensemble de l'année, Roche confirme ses prévisions. Le groupe table sur une croissance des ventes TCC «dans la partie basse à moyenne» de la plage à un chiffre (soit entre 1% et 5%).

Globalement, les résultats présentés jeudi étaient supérieurs aux prévisions des analystes. Les informations concernant l'avancement du plan de réduction des coûts «Operational Excellence» ont également été bien accueillies. Selon Severin Schwan, il permettra d'économiser quelque 600 millions de francs cette année, après 1,8 milliard en 2011.

Le fait que Roche n'a pas revu ses prévisions à la hausse a toutefois pesé sur le titre en Bourse. Vers 10h30, le bon de jouissance, qui avait ouvert dans le vert, perdait ainsi 0,7% à 166,80 francs dans un marché SMI en progression de 0,3%. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!