Londres 2012: Röthlin: «J'espère réussir la course de ma vie»
Actualisé

Londres 2012Röthlin: «J'espère réussir la course de ma vie»

Le marathonien d'Obwald Viktor Röthlin est prêt pour Londres avec un entrainement assidu et un moral d'enfer.

Röthlin a remporté l'or en 2010 aux Championnats d'Europe d'athlétisme de Barcelone.

Röthlin a remporté l'or en 2010 aux Championnats d'Europe d'athlétisme de Barcelone.

Viktor Röthlin innove pour son 24e marathon, qui sera celui des Jeux à Londres, le 12 août. Il se prépare près de chez lui sur les hauteurs obwaldiennes et effectue une partie de ses séances sur tapis roulant, afin de mieux travailler sa vitesse. A 37 ans, le champion d'Europe semble revenu à son meilleur niveau.

Médaillé de bronze aux Mondiaux 2007, 6e aux JO à Pékin en 2008, à chaque fois meilleur non-Africain, l'Obwaldien rééditera-t-il ses performances sur les bords de la Tamise, après avoir dû surmonter entre-temps une double embolie pulmonaire en 2009?

Le meilleur coureur blanc

«Mes tests d'entraînements sont bons, comme avant Pékin. Mais le niveau des Africains est encore monté, la densité n'a jamais été aussi forte. Mon premier objectif à Londres sera d'être le meilleur coureur blanc. Mais qui sait, les JO ont leur propre logique», a relevé Röthlin lors d'une journée avec les médias conviés à son repaire d'altitude de Melchsee Frutt (OW), où il se prépare.

Il y a cinq ou six ans, des chronos de 2h07'-2h08' (le record de Suisse de Röthlin est de 2h07'23) signifiaient le top niveau mondial. Aujourd'hui, «courir en 2h04 ou 2h05 est devenu normal pour les Africains. Le marathon connaît un développement incroyable», constate le meilleur Européen.

Un entrainement intensif et personnalisé

Pour faire face, Röthlin ne cesse d'adapter son entraînement. Il a cette année un nouveau sparring-partner, l'Erythréen de Genève Tadesse Abraham, qui a remplacé le Kényan Abraham Tandoi. Marié avec une Suissesse, Abraham - lui-même marathonien de très haut niveau - pourrait recevoir le passeport helvétique d'ici deux ans... et représenter la Suisse aux Championnats d'Europe 2014 à Zurich avec Röthlin, pour autant que ce dernier poursuive sa carrière après Londres. Ce qui est envisageable au vu de sa motivation: «C'est étonnant de voir à quel point ces cinq anneaux (olympiques) peuvent me motiver», dit-il.

Après treize années de marathon, Röthlin est toujours plein d'entrain. «Hier, j'ai effectué 30 km avec Tadesse à 3'30' de moyenne par kilomètre, ponctués par trois fois 1000 m sur piste» (en 2'56, 2'55 et 2'52), raconte-t-il. «C'est bon pour la tête et pour les jambes de terminer un long entraînement par de la vitesse.»

Un dur au mal

Connu pour être un «dur au mal», capable d'encaisser la souffrance et d'émerger en toute fin de course quand les autres craquent, le champion du TV Alpnach entraîne aussi ces qualités: «Cette année, j'ai inclus des séances sur tapis roulant dans ma préparation, comme le faisait autrefois Franziska Rochat-Moser. Cela me permet de travailler à un rythme soutenu. Et la monotonie du tapis renforce le psychisme.» C'est l'idée du «ce qui ne te tue pas te rend plus fort». Sauf que Röthlin s'accorde une petite fantaisie en courant (jusqu'à 39 km sur tapis) au son du groupe AC/DC.

Adepte de la méthode du «living high, training low» (dormir en altitude et s'entraîner en plaine), le champion obwaldien passe ses nuits à 1980 m, à Melchsee Frutt, et court dans la vallée, où il vit avec sa femme et sa fille. Il a trouvé un équilibre de vie qui le rend serein, à l'automne de sa carrière. Le fait d'avoir dû «remonter la pente» après ses graves ennuis de santé, comme l'a expliqué son ami-coureur Daniel Brodard, le rend fort et serein. Au point de pouvoir rêver jouer un rôle en vue à Londres. C'est déjà beaucoup. (ats)

Ton opinion