Timea Bacsinszky: «Roger, c'est celui qui m'a le plus fait chialer»
Actualisé

Timea Bacsinszky«Roger, c'est celui qui m'a le plus fait chialer»

Comme souvent, la conférence de presse de Timea Bacsinszky mardi soir était truffée de bons mots. Extraits.

par
jsa/nxp

Qualifiée pour les demi-finales de Roland-Garros, Timea Bacsinszky était forcément de très bonne humeur mardi soir, après sa victoire sur la Française Kristina Mladenovic. Au moment d'affronter les journalistes, la Vaudoise avait plutôt l'humour facile: «Oh mon Dieu, une salle aussi remplie! Les joueurs sont prêts. Merci de vous asseoir aussi vite que possible», a-t-elle démarré.

Timea Bacsinszky a d'abord évoqué sa relation particulière avec le tournoi parisien où la «magie fonctionne toujours». La Vaudoise a ensuite parlé de l'atmosphère sur le Central, elle qui avait eu l'impression de jouer en Suisse lors de sa victoire sur Venus Williams. «J'ai entendu le public gronder mais je savais qu'il n'était pas contre moi, mais pour elle (Mladenovic)», a-t-elle expliqué.

La Lausannoise a ensuite mentionné sa prochaine adversaire, Jelena Ostapenko, avec qui elle a notamment joué en double, et l'expérience de sa demi-finale perdue de 2015, face à Serena Williams. «Je pense que cette expérience va m'aider. Peu importe le nom de mon adversaire, quand tu es en demi-finale, c'est que tu es une joueuse forte. Elle a la fougue de la jeunesse. Je ne la sens pas anxieuse, j'ai l'impression qu'elle ne ressent pas la pression. Cela ne sera pas un long fleuve tranquille.»

Autre moment intéressant de la conférence de presse, la question d'un journaliste sur la source d'inspiration qu'a pu être Roger Federer ou les autres Suisses du circuit. «Roger, c'est celui qui m'a le plus fait chialer: 18 fois (rires). Il est tellement communicatif par rapport aux émotions. Martina (Hingis), c'était un énorme fardeau car j'étais très souvent comparée à elle. C'était compliqué mais également un honneur, maintenant je l'ai compris. Mais à 16 ans, on ne le ressent pas de la même façon. Stan (Wawrinka), c'est une source d'inspiration éternelle. Il a un talent que personne n'a, la besogne, le travail, je n'ai jamais rencontré quelqu'un aussi travailleur que lui. C'est un exemple au quotidien.»

Ton opinion