Tennis - Roger Federer a survécu à la «night session»
Actualisé

TennisRoger Federer a survécu à la «night session»

À 00h43, le Bâlois s’est qualifié dimanche pour les 8es de finale de Roland-Garros après un combat de 3h35 contre Dominik Koepfer, 7-6 (5) 6-7 (3) 7-6 (4) 7-5.

par
Jérémy Santallo
(Paris)

À l’instar des autres stars du circuit depuis le début de la semaine, Roger Federer a aussi eu le droit samedi soir à son entrée sur le court Philippe-Chatrier dans un silence de cathédrale. À bientôt 40 ans, et pour son 1519e match sur le circuit face à son 347e adversaire (Dominik Koepfer), le Bâlois a expérimenté sa première «night session» à huis clos - couvre-feu oblige - au 3e tour de Roland-Garros.

Dans la nuit parisienne et sa quinzaine de degrés, «RF» a mis un certain temps à trouver ses repères et ses sensations. S’il n’a rien eu à se reprocher sur les deux premières balles de break qu’il s’est procurées, à 2-1, le Suisse a levé les bras de dépit à 4-3, après avoir commis une erreur en revers slicé inhabituelle. Auteur de 16 fautes directes dans le 1er set, qu’il aurait pu empocher à 5-4 sans un passing de revers dans le filet, le «Maître» a profité d’une double faute adverse - comme contre Marin Cilic - en plein tie-break pour faire main basse sur la première manche.

Le début de la deuxième a été décousu. Koepfer a lâché deux fois sa mise en jeu mais Federer, abandonné par sa première balle pendant trois jeux (40%), n’a pas fait mieux et ainsi manqué l’occasion de s’envoler au tableau d’affichage. À des années-lumière de sa qualité au service contre le Croate il y a deux jours - 16 aces, son plus gros total depuis 10 ans à Paris contre seulement 2 samedi soir après deux sets -, l’homme aux 20 Grand Chelem n’a pas su s’offrir assez de points gratuits. Il l’a payé au tie-break et à 23h05, le gaucher de Furtwangen était de retour.

Coupable d’une erreur de jugement sur un retour où il s’est fait lober, Federer a fini de mettre le 59e joueur mondial en confiance en se faisant breaker dès le début du 3e set. Koepfer s’est libéré avant de connaître un passage à vide à 4-3 en sa faveur, offrant le débreak au Bâlois sur un concert de fautes directes. Car il ne faut pas s’y tromper: si «RF» a repris les commandes de manière inespérée pour mener deux manches à une, il le doit avant tout à l’Allemand. Et aussi à cette défense puis cette amortie de revers pour conclure le 3e tie-break de la soirée.

On se disait alors que pour lui, le plus dur était peut-être fait. Surtout après ce break au début de la 4e manche saupoudré d’un crachat de Koepfer, fou de rage, sur la marque de sa balle dans le couloir. Mais à 00h16, et après deux nouvelles erreurs grossières en coup droit, le Suisse était de retour à la case départ (2-2)... Sauf qu’encore une fois, il a pu compter sur la maladresse de l’Allemand, qui a galvaudé deux smashs dans le même point à 5-5 15-0. Koepfer a perdu les quatre suivants, sa mise en jeu et à 00h43, Federer a pu lever les bras de soulagement.

«C’était un sacré match, avec beaucoup de rebondissements. Dominik s’est bien battu, c’était un autre match que contre Cilic, qui était dans le terrain, il a fallu s’adapter. Cela m’a fait plaisir d’avoir pu jouer trois heures et demie à ce niveau et contre un très bon joueur», a réagi le «Maître», qui défiera l’Italien Matteo Berrettini lundi en 8es de finale de Roland-Garros.

Ton opinion

25 commentaires