Tennis - Roger Federer: «C’est comme ça que je veux être»
Publié

TennisRoger Federer: «C’est comme ça que je veux être»

Le Bâlois, qualifié pour les 8es de finale de Wimbledon, s’est félicité de son «excellente» attitude et de son calme lors de son combat face à Cameron Norrie, samedi.

par
Jérémy Santallo
Roger Federer remerciant le public du Centre court samedi soir.

Roger Federer remerciant le public du Centre court samedi soir.

Getty Images

Parlez-nous de votre réaction à la fin du match? C’était du soulagement ou de l’excitation?

J’ai su rester extrêmement calme toute la rencontre, donc j’ai peut-être gardé toutes mes émotions pour la fin du match. Cette victoire signifie beaucoup pour moi parce que je pense avoir vraiment bien joué, excepté peut-être ce jeu (ndlr: le 12e du 3e set) où Norrie me prend mon service. Il a très bien relancé. Mais je pense que cela a été aussi un peu trop facile pour lui de me breaker. Cela a été quelques minutes difficiles et il faut lui donner du crédit, car il m’a poussé. Je savais qu’il réalisait une grande saison jusqu’ici. Il a joué plein de matches et de tournois. Je prends ça comme une victoire référence, de pouvoir battre quelqu’un qui est en forme, qui joue à la maison. Je sais qui j’ai battu. C’est pourquoi je suis très extrêmement heureux d’avoir trouvé les ressources pour me battre dans ce 4e set.

Vous avez parlé de chance après Mannarino. Pensez-vous être de plus en plus fort le tournoi avançant?

Oui, j’ai été chanceux, dans une certaine mesure. J’aurais quand même parié sur moi si le match était parti en cinq manches. Mais vous ne voulez pas vous retrouver au 5e set contre Mannarino au 1er tour, sous le toit et sur l’herbe fraîche. Donc oui, j’ai eu un peu de chance qu’il se blesse et que la rencontre s’arrête là. Je sens que j’ai trouvé mon rythme, même si j’ai joué un gaucher (Mannarino), un droitier (Gasquet), puis encore un gaucher (Norrie). J’ai parfois décentré quelques frappes mais la plupart du temps, j’ai essayé de jouer sur le pied avant, en avançant. Quand tu le fais, comme je l’ai fait contre Gasquet, tu en rates forcément quelques-unes et c’est important de l’accepter, d’avancer. Et je l’ai très bien fait. J’ai eu une excellente attitude. C’est un domaine où j’évolue positivement par rapport aux dernières semaines, voire mois. C’est peut-être l’une des premières fois où je me suis senti en paix sur le court, avec comme une sorte de tranquillité par rapport aux zones où je voulais servir, de comment je voulais gagner mes jeux de service ou j’accueillais mes erreurs et mes mauvais choix. Je m’en moquais, car il faut avoir une vue d’ensemble. Lors des changements de côté, mon esprit était vide, je n’avais pas de pensées positives ou négatives, j’étais relax. C’est comme ça que je veux être et je pense que me concernant, c’est un signe très positif, pour être franc.

Un mot sur prochain adversaire, Lorenzo Sonego?

Je sais qu’il peut bien jouer sur gazon, il me semble même qu’il a gagné un tournoi sur herbe (ndlr: à Antalya en 2019). Lorsque je l’ai joué à Roland-Garros (ndlr: en 2019), je le connaissais peu mais j’ai trouvé qu’il servait bien, avait un bon coup droit et une bonne attitude. Il veut jouer sur les grands courts donc pour moi, ce n’est pas une immense surprise de le retrouver au 4e tour. Son tirage au sort a peut-être aussi été un peu favorable mais cela ne veut pas dire grand-chose. Il est là, a joué ses trois matches à Wimbledon et plus tu joues dans les mêmes conditions, mieux tu joues. J’attends la même chose de ma part contre lui lundi.

Ton opinion

26 commentaires