ATP - Doha: Roger Federer remporte son 67e titre
Actualisé

ATP - DohaRoger Federer remporte son 67e titre

Le Suisse Roger Federer s'est adjugé le 67e titre de sa carrière en battant samedi en finale du tournoi de Doha le Russe Nikolay Davydenko, en deux sets 6-3, 6-4.

L'année 2011 commence bien pour le Bâlois.

L'année 2011 commence bien pour le Bâlois.

Roger Federer a entamé 2011 comme il avait conclu 2010, en conquérant un titre. Vainqueur 6-3 6-4 de Nikolay Davydenko (ATP 22) en finale à Doha, le Bâlois a pu soulever le 67e trophée de sa carrière.

L'homme aux 16 sacres en Grand Chelem, qui avait terminé la saison 2010 en triomphant pour la cinquième fois dans un Masters, a donc fait le plein de confiance avant de disputer à Melbourne le seul tournoi majeur dont il détienne encore le titre. Il n'a concédé qu'un seul break en cinq matches à Doha, au 2e tour face à Marco Chiudinelli, alors qu'il avait perdu sa concentration en raison de la blessure au dos de son ami.

«Je n'arrive pas à croire que j'ai déjà conquis un titre en 2011 alors qu'il s'agit de la première semaine de compétition. Le plateau était relevé, avec Rafael Nadal et Davydenko qui a toujours le niveau d'un top 5. Je suis impatient de poursuivre la saison», lâchait sur le court le Bâlois, qui s'est imposé pour la troisième fois à Doha après 2005 et 2006.

«Tout est possible cette année»

Il se sent par ailleurs prêt à relever le défi que lui impose Rafael Nadal pour la reconquête de la place de no 1 mondial. «Rafa a beaucoup de points à défendre, mais comme il est no 1, il est très sûr de sa force et de son tennis. Ce sera très difficile (de le déloger) mais si je parviens à conserver mon niveau actuel, j'aurai ma chance. Je me sens prêt en tout cas. J'ai trouvé un bon rythme (à Doha). Oui, je crois que tout est possible cette année», soulignait Roger Federer.

Le Bâlois ne souhaite cependant pas se mettre sous pression avant l'Open d'Australie, seule levée du Grand Chelem qui avait échappé à Rafael Nadal en 2010. «Disputer cinq matches en cinq jours, cela te coûte de l'énergie. J'ai en outre souffert d'un refroidissement au cours des dernières semaines. Mon premier objectif en arrivant à Melbourne sera de m'adapter au décalage horaire. Je ne forcerai pas à l'entraînement», concluait-il.

Aucune chance pour Davydenko

Le Bâlois n'a jamais été en danger face à Nikolay Davydenko, tenant du titre à Doha et tombeur d'un Rafael Nadal diminué en demi-finale. Il ne devait ainsi pas faire face à la moindre balle de break dans cette rencontre qui ne durait que 79', alors que le Russe est pourtant l'un des meilleurs relanceurs du circuit.

Comme la veille face à Jo-Wilfried Tsonga (ATP 13), Roger Federer prenait un départ de rêve en s'adjugeant les trois premiers jeux - avec un break réussi «blanc» - en tout juste 9'. Le Bâlois, qui aurait pu conclure plus rapidement une première manche dans laquelle Nikolay Davydenko sauva 6 balles de set à 2-5, devait patienter jusqu'au 9e jeu du second set pour forcer la décision. Il profitait alors de la fébrilité du Russe, qui craquait là aussi sans inscrire le moindre point.

«Federer n'a jamais aussi bien joué qu'aujourd'hui (samedi) face à moi. Il était imbattable avec des coups si rapides et si difficiles à jouer. S'il parvient à maintenir ce niveau tout au long de l'année, il peut redevenir no 1 mondial», reconnaissait Nikolay Davydenko.

Ton opinion