Tennis: Roger Federer retrouvera son public mardi
Actualisé

TennisRoger Federer retrouvera son public mardi

Le Bâlois entrera en lice mardi dans le Masters 1000 de Monte-Carlo. Il était éloigné des courts depuis l'Open d'Australie.

Pour Roger Federer, le résultat du match sera secondaire. (Archives)

Pour Roger Federer, le résultat du match sera secondaire. (Archives)

photo: Keystone

Eloigné des courts depuis le 28 janvier, date de sa défaite en demi-finale de l'Open d'Australie devant Novak Djokovic, Roger Federer retrouvera la lumière ce mardi. Le Bâlois entrera en lice dans le Masters 1000 de Monte-Carlo face au vainqueur de la rencontre qui opposera le Champion du Geneva Open Thomaz Bellucci (ATP 37) à Guillermo Garcia Lopez (ATP 38), le «tombeur» de Stan Wawrinka à Roland-Garros en 2014.

«Le résultat de ce match sera secondaire, prévient Roger Federer. Gagner ou perdre me sera égal... Ce qui importe, ce sont les sensations que je retirerai après ce match. Mais il est clair que si je gagne cette première rencontre, d'autres objectifs s'inscriront pour moi dans ce tournoi.» Roger Federer tient à calmer le jeu à l'évocation de ce retour aux affaires après 75 jours sans tennis. Opéré du genou au lendemain de l'Open d'Australie, le Bâlois n'a jamais observé une aussi longue indisponibilité au cours de sa carrière.

«Dix semaines sans tournoi, ce n'est rien»

«Cette pause forcée ne me fait pas peur. Dix semaines sans tournoi, ce n'est rien. Si j'avais été «out» six mois, la situation serait différente.» «Je ne nourris aucune inquiétude pour Roger, souligne Stan Wawrinka. Il est bien le joueur qui est capable d'être très fort après un long break. Il l'a démontré par le passé.»

Lors des automnes 2004 et 2005, le Bâlois avait effectivement été blessé pendant plus d'un mois avant de revenir pour le Masters. Qu'il a gagné à Houston en 2004 et dont il fut le finaliste en 2005 à Shanghaï face à David Nalbandian après être passé à deux points de la victoire.

Roger Federer assure qu'il abordera son match de mardi avec des «munitions». «Mon objectif était de revenir le plus vite possible, explique-t-il. J'étais prêt à jouer à Miami. J'avais gagné des sets à l'entraînement. Même si je ne veux pas tirer de grands enseignements sur ces sets d'entraînement et même si mon genou ne réagissait pas encore parfaitement, j'avais la sensation d'être dans le coup.» Seulement, il a attrapé un méchant virus à quelques heures de son entrée en lice en Floride face à Juan Martin del Potro. «J'ai récupéré très vite heureusement, avoue-t-il. J'avais peur qu'il me mette sur le flanc bien plus longtemps.»

Ce forfait à Miami l'a conduit à revoir ses plans. Il a ainsi mis très vite le cap sur Monte-Carlo pour conduire une véritable préparation avec Pierre Paganini et Severin Lüthi. «Je suis ici depuis dix jours, explique-t-il. L'entraînement s'est bien passé. Je suis content de la manière avec laquelle je tape dans la balle et de la manière avec laquelle je bouge sur le court.»

Le Bâlois estime que son manque de match ne constitue pas un handicap trop lourd. «Je reviens alors que la saison sur terre battue débute. Ce retour, je le compare comme à un début d'année, dit-il. Je suis affûté sur le plan physique. Je suis prêt mentalement. Je ne dirais pas que le Circuit m'a manqué. Mais je suis content d'être de retour.»

«Personne ne fera l'erreur de me sous-estimer»

Jamais au cours de sa carrière, Roger Federer n'avait abordé ce Masters 1000 de Monaco avec autant d'heures sur terre battue derrière lui. «Je suis très souvent arrivé ici au dernier moment en raison du tournoi de Miami, ou de la Coupe Davis ou de mon... mariage (ndlr: en 2009)», s'amuse-t-il presque. Finaliste malheureux à... quatre reprises sous le Rocher, Roger Federer retient qu'il «a souvent très bien joué dans ce tournoi». «Je crois que personne ne fera l'erreur de me sous-estimer, ajoute-t-il. Avant ma blessure, je restais sur six mois de bon tennis. J'ai confiance !»

Même si Wimbledon, les Jeux olympiques et l'US Open constituent ses trois grands objectifs de l'année, Roger Federer ne fera pas d'impasse sur cette saison sur terre battue. «J'effectuerai un second gros bloc d'entraînement après ce Masters 1000 de Monaco, lâche-t-il. Je me suis inscrit pour Madrid et Rome. Mais j'ignore aujourd'hui si je m'alignerais dans ces deux Masters 1000 ou si je n'en jouerais qu'un seul. Tout va déprendre en partie de mon parcours ici à Monte-Carlo.» Un parcours qui débute ce mardi contre un joueur, qu'il s'appelle Bellucci ou Garcia-Lopez, dont on sait une chose: il est un véritable «client» sur terre battue. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion