Concert à Caprices: Roger Hodgson: «La musique? Un remède!»

Actualisé

Concert à CapricesRoger Hodgson: «La musique? Un remède!»

Roger Hodgson jouera le dimanche 10 mars 2013 au Caprices Festival. L'ex-Supertramp est revenu sur sa prolifique carrière.

par
Fabien Eckert
L'artiste chantera aussi bien les tubes de son ancien groupe que ses productions en solo.

L'artiste chantera aussi bien les tubes de son ancien groupe que ses productions en solo.

Le musicien de 62 ans fait partie de la culture populaire. Ses hits «Dreamer», «Breakfast in America» ou «Take the Long Way Home», signés avec Supertramp, sont entrés dans la légende de la musique. Interview.

Comment vivez-vous le fait que vos titres ont été écoutés par trois générations de personnes?

Comme vous pouvez bien l'imaginer, c'est magnifique. Je n'aurais jamais pensé que certains titres composés il y a quarante ans sonnent aussi actuels aujourd'hui. J'ai l'impression que mes titres n'ont pas d'âge. J'adore toujours autant les chanter sur scène. D'ailleurs, durant les concerts, ça m'amuse et ça me fait toujours chaud au cœur de voir des jeunes et des grands parents réunis. Et puis, le fait d'être écouté par un large public signifie aussi que je suis très fortement connectés avec énormément de monde autour de la planète.

Quels sont le secrets de ces morceaux pour ne pas vieillir?

Ils ont été écrits de manière très pure, sans fioritures. Et visiblement, j'ai un talent certain pour les mélodies (rires). Le secret, c'est aussi que je crois en ce que je compose. Parfois, les messages des textes ont pris plus d'importance avec le temps. Certaines paroles futiles dans les sixties prennent tout leur sens aujourd'hui. C'est aussi pour ça je pense que les jeunes m'écoutent.

D'où puisez-vous l'énergie pour encore partir sur les routes après tout ce que vous avez déjà vécu?

J'ai foi en ce que je fais. Bien sûr ce n'est pas facile de tout le temps voyager, de ne jamais être à la maison et de vivre dans les valises. Je suis fatigué de tout ça. Ce qui me fait continuer c'est le public. C'est de voir des visages avec des sourires quand je suis sur scène. Durant les deux heures où je me produis, j'essaie de faire oublier aux gens leurs vies. L'existence n'a rien de facile aujourd'hui. La musique peut être un magnifique remède pour soigner les âmes en peine. En gros, le fait de rendre service aux gens me permet de continuer.

Sur scène, vous chantez aussi bien les tubes de Supertramp que vos titres en solo. Pourquoi ce mélange?

Il n'y a aucune différence entre les titres produits avec le groupe et ceux en solo. Ce sont tous mes bébés, même ceux estampillés Supertramp.

N'êtes-vous pas triste de voir les Rolling Stones fêter leurs 50 ans? Vous auriez pu faire pareil avec Supertramp...

Non, je ne ressens aucune tristesse ni jalousie ou amertume. J'ai vécu une période merveilleuse avec Supertramp. Ce groupe a été ma vie et ma passion pendant des années. Aujourd'hui, même si je chante encore des morceaux de Supertramp, cette période est révolue. J'ai des musiciens merveilleux et enthousiastes autour de moi. Je n'ai pas envie de réinventer le passé.

Imaginez-vous un jour pouvoir reformer Supertramp?

Qui sait? Peut-être qu'un jour il y aura une bonne raison pour le faire. Comme par exemple une collecte de fonds pour une œuvre ce charité. Ceci pourrait me pousser à revenir. Il ne faut jamais dire «jamais». Il y a quelques temps en arrière, j'avais proposé à Rick Davies (ndlr: autre membre fondateur de Supertramp) de repartir ensemble. Il avait décliné.

Comment voyez-vous l'évolution de la musique depuis vos débuts?

Forcément, ça devait changer. Malheureusement, sur plusieurs aspects, pas dans le bon sens. Je pense que la technologie atténue parfois la passion ou le cœur que l'on peut mettre dans un morceau. Aujourd'hui, le monde crée des stars de toutes pièces. Ce n'était pas le cas à l'époque des Stones ou de The Who. J'ai l'impression que certains artistes sont moins impliqués aujourd'hui.

Que pensez-vous du public suisse?

J'adore la Suisse et les gens. Le pays comme ses habitants sont incroyables. Lors de concerts, le public est au départ très sérieux. Mais sa manière de s'exprimer est sans pareille. C'est toujours très chaleureux. Je me réjouis à chaque fois de venir m'y produire.

Allez-vous mettre les skis à Caprices?

J'aimerai bien mais je pense que mon management va refuser! Par contre, je me mangerai bien une fondue!

Roger Hodgson

Dimanche 10 mars 2013, 21h30, scène The Moon. Infos: www.caprices.ch

La musique sur les réseaux sociaux de «20 minutes»:

Sur Facebook

Ton opinion