Actualisé 04.08.2013 à 11:11

IranRohani va prêter serment devant le Parlement

Le nouveau président iranien Hassan Rohani doit prêter serment devant le Parlement vers 16h00 locale (13h30 en Suisse) et probablement présenter son gouvernement.

Samedi lors d'une cérémonie, le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a approuvé l'élection de M. Rohani, devenu septième président de la République islamique d'Iran.

La première décision du nouveau président a été de nommer Mohammad Nahavandian, président de la Chambre de commerce et d'industrie, comme son chef de cabinet. M. Nahavandian, qui possède un doctorat d'économie de l'université George Washington au Etats-Unis, devrait jouer un rôle de premier plan, notamment pour coordonner les décisions économiques.

Dans un discours après son investiture, M. Rohani, un religieux âgé de 64 ans, a promis de mener une politique d'«entente constructive avec le monde» pour régler la crise du nucléaire qui dure depuis 2003 et d'oeuvrer pour lever les sanctions «injustes» imposées par les Occidentaux.

Le nouveau président est un fidèle de l'ayatollah Khamenei, véritable numéro un du pays. Depuis 1989, il est l'un des deux représentants du guide suprême au sein du Conseil suprême de la sécurité nationale (CSSN), qui prend les grandes décisions du pays.

Responsables étrangers invités

C'est à ce titre qu'il avait dirigé après 2003 les négociations nucléaires avec la troïka européenne (France, Grande-Bretagne et Allemagne). Il avait alors accepté de suspendre l'enrichissement d'uranium et d'appliquer le protocole additionnel permettant un plus grand contrôle du programme nucléaire du pays.

Pour la première fois, des responsables étrangers ont été invités à participer à la cérémonie de prestation de serment. Une dizaine de présidents, notamment ceux d'Afghanistan, du Pakistan, du Tadjikistan, du Turkménistan, du Kazakhstan, d'Arménie, du Liban et du Soudan, seront présents.

Les deux invités de marque de la cérémonie sont Javier Solana, ancien chef de la diplomatie européenne, et Mahatir Mohamad, ancien premier ministre de la Malaisie. Selon les médias locaux, M. Rohani devrait ensuite présenter les membres de son cabinet au Parlement pour obtenir la confiance. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!