Actualisé 09.04.2020 à 16:14

Tennis

«Roland-Garros a agi sous le coup de la peur»

Le nouveau patron de l'ATP a évoqué la décision unilatérale des pontes du Grand Chelem parisien et la suite de la saison.

de
jsa
Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Après des semaines de tension, le patron de l'ATP Andrea Gaudenzi a déclaré jeudi qu'il n'y aurait finalement pas de sanctions - une non-distribution de points était évoquée - à l'encontre de Roland-Garros après la décision unilatérale des organisateurs de reporter le tournoi en septembre en raison de la pandémie de Covid-19. «Le tennis a besoin d'unité, Paris a agi sous le coup de la peur, ils ont fait une erreur. Mais ils l'ont reconnu», a indiqué l'ex-joueur italien dans une interview accordée à plusieurs médias de son pays.

«J'ai parlé avec tous les membres du conseil des joueurs, à Roger, Rafa et Djokovic et tous sont d'accord avec la philosophie de pouvoir jouer les tournois les plus importants. Donc, même si cela n'est que théorique, il est justifié que Roland-Garros puisse se tenir en septembre, a notamment déclaré le dirigeant à «Ubi Tennis». Nous sommes tous dans le même bateau, il n'y a pas de place pour les polémiques. Maintenant, nous travaillons ensemble», a-t-il ajouté auprès de la «Gazzetta Dello Sport».

Malgré l'annulation de la saison sur gazon et donc de Wimbledon, le nouveau patron de l'instance depuis octobre ne veut pas encore condamner l'année 2020. «Nous travaillons sur l'hypothèse de quatre semaines sur terre battue après l'US Open. Si l'on joue cet été aux Etats-Unis, puis sur terre battue et enfin en Asie avant les ATP Finals, ça voudrait dire qu'on aura sauvé 80 % de la saison. Et avec sept Masters 1000 et trois Grands Chelems sur quatre, nous ne pourrions pas trop nous plaindre.»

(jsa/afp)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!