Mobbing dans le basket suisse – Romain Gaspoz défendu par sa supérieure
Publié

BasketballRomain Gaspoz défendu par sa supérieure

Accusé de maltraitance psychologique par d’anciennes joueuses d’Elfic, l’entraîneur Romain Gaspoz est défendu par Karine Allemann, la présidente de ce club qui est devenu le meilleur de Suisse.

par
Jean Ammann
Romain Gaspoz est accusé d’avoir tenu des propos insultants envers d’anciennes joueuses d’Elfic Fribourg.

Romain Gaspoz est accusé d’avoir tenu des propos insultants envers d’anciennes joueuses d’Elfic Fribourg.

FIBA

«Mes yeux ne peuvent plus te voir. Dégage, sors d’ici! Sors du bâtiment et va te mettre la tête sous l’eau!» Ou bien, ce sommet de l’apostrophe: «Vous jouez vraiment comme une bande de sales putes!» Ce florilège, ce sont les mots de Romain Gaspoz, l’entraîneur d’Elfic Fribourg, tels qu’ils ont été rapportés, vendredi, par le quotidien La Liberté. François Rossier, spécialiste du basket, a recueilli les confidences de joueuses, qui sont toutes passées par Elfic, le meilleur club actuel de Suisse, quart-de-finaliste européen, quatre fois champion de Suisse depuis 2011. C’est justement en 2010 que Romain Gaspoz a pris les rênes de la première équipe, pour la conduire vers des sommets. Mais à quel prix? En laissant combien de victimes sur sa route?

«Avec lui, j’ai appris que je ne valais rien», résume, anonymement, une ancienne basketteuse d’Elfic, tandis que d’autres, Ludivine Tissot ou Lara Thalmann, parlent à visage découvert: «Je parle pour libérer la parole, pour dénoncer, pour que ça n’arrive plus. Les coaches ne protègent pas les joueuses, les dirigeants non plus. Pire, ils ferment les yeux sur des comportements abusifs», dit, en préambule, Ludivine Tissot. Présidente depuis 2003 et fondatrice du club, Karine Allemann a déclaré «tomber des nues» en découvrant les témoignages de ces anciennes joueuses. Elle s’explique.

Un entraîneur dur, mais droit

Vous vous dites complètement surprise par le récit des joueuses. Vous ne saviez rien des agissements de Romain Gaspoz?

Certaines histoires sont assez anciennes et jamais personne, par le passé, n’est venu me voir pour me confier ses difficultés. Je ne m’attendais pas du tout à ces accusations et j’étais effondrée, ce matin (vendredi) en lisant l’article de La Liberté.

Quand vous engagez Romain Gaspoz, en 2010, quel entraîneur cherchiez-vous?

Nous cherchions un excellent entraîneur et je pense que nous ne nous sommes pas trompés: il n’y a qu’à voir à quel niveau évolue l’équipe d’Elfic aujourd’hui, que ce soit en Suisse ou en Coupe d’Europe. Les résultats prouvent que Romain Gaspoz est un très très bon entraîneur. Alors oui, c’est un entraîneur exigeant, dur. Il répète toujours que rien n’est acquis, que le haut niveau réclame certains sacrifices… Je sais quelle est sa mentalité. Mais je sais que c’est quelqu’un qui est droit dans ses bottes, hyper loyal. Il y a des temps morts où il se met à crier parce que l’équipe ne joue pas bien, mais jamais, au grand jamais, il n’a tenu des propos dégradants ou des insultes. Je m’inscris en faux et je suis d’autant mieux placée pour le faire que je fonctionne souvent comme officielle. Donc, je suis proche de l’équipe. Le sport de haut niveau est difficile, tout le monde ne vit pas la même chose, mais il n’y a jamais eu de la part du club l’intention de rabaisser des joueuses, et de la part de Romain Gaspoz l’intention de martyriser des filles.

Cette phrase affreuse: «Vous jouez vraiment comme une bande de sales putes!», ça ne peut pas avoir été inventé…

Je ne sais pas… J’entends qu’il y a eu de la souffrance chez certaines filles, j’entends qu’elles ont mal vécu leur passage à Elfic, cela me fait mal au cœur, je ne banalise pas cette souffrance. Cette phrase que vous venez de citer me paraît inconcevable: en dix ans, je n’ai jamais entendu des termes pareils. Je pense, de ma part, que c’est faux.

Quand on découvre ces actes de maltraitance psychologique, on se dit que la personnalité de Romain Gaspoz est trouble…

Ce n’est pas du tout mon sentiment. Pour moi comme pour les autres membres du comité, nous sommes persuadés que Romain Gaspoz est une bonne personne et un excellent entraîneur. Ce n’est pas notre seule opinion: depuis la parution de l’article, j’ai reçu beaucoup de messages, de joueuses, de parents, qui disent ne pas reconnaître le club dans le récit qui est fait par La Liberté. Une joueuse m’a appelée pour me dire qu’elle avait passé quinze années merveilleuses à Elfic. De son côté, Romain Gaspoz a lui aussi reçu des marques de soutien et les joueuses veulent continuer avec lui. Nous ne prendrons donc aucune mesure contre Romain Gaspoz. Nous traversons une période difficile, mais nous n’allons pas surréagir.

«Jamais Romain Gaspoz n’a tenu des propos dégradants ou des insultes»

Karine Allemann, présidente d’Elfic

Ton opinion