Actualisé 19.01.2010 à 21:15

Selon une étude

Romands et Tessinois sont les pires conducteurs

En matière d'accidents de la route, les disparités entre les régions linguistiques sont alarmantes. En cause: l'alcool et la vitesse.

de
Renaud Bournoud

Le cliché du chauffard latin sort renforcé – chiffres à l'appui – de l'étude présentée mardi par le Bureau de prévention des accidents (Bpa). Entre 1997 et 2007, le recul du nombre de personnes grièvement blessées ou tuées est nettement plus marqué en Suisse alémanique que dans le reste du pays. Les risques sont les plus élevés sur les routes tessinoises. Mais c'est chez les Romands que l'on compte le plus de morts. Les femmes sont clairement moins concernées par ces disparités régionales.

Si les Alémaniques respectent beaucoup plus scrupuleusement les règles de la circulation, il n'en va pas de même de ce côté-ci de la Sarine. «Les problèmes qui touchent en particulier la Suisse romande sont l'alcool et la vitesse», précise Yvonnne Achermann, qui a mené l'étude. «Le bon vin est cultivé en Romandie, il y a donc un élément culturel», reconnaît Brigitte Buhmann, directrice du Bpa. Les Tessinois, eux, peinent à boucler leur ceinture, et les motards paient un lourd tribut sur leurs routes. Le Bpa veut tenir compte de ces différences. Il entend cibler son action en tenant compte des particularités des régions linguistiques.

Tout savoir sur les accidents graves:

- En dix ans, les drames de la route ont diminué de 21% en Suisse alémanique, de 7% en Romandie et de 10% au Tessin.

- L’alcool cause 20% des drames chez les Romands et 11% chez les Alémaniques.

- 34% des accidents sont dus à la vitesse en Romandie, 21% outre-Sarine et 8% au Tessin.

- Les motards tessinois représentent 51% des victimes, 33% en Suisse romande et 26% chez les Alémaniques.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!