Genève - Romands et Zurichois unis pour une Pride militante
Publié

GenèveRomands et Zurichois unis pour une Pride militante

Le mariage pour toutes et tous mobilisera les LGBTQIA+ lors de la Semaine des fiertés du 8 au 12 septembre.

par
Leila Hussein
En 2019, la Marche des fiertés a réuni près de 40’000 personnes. 

En 2019, la Marche des fiertés a réuni près de 40’000 personnes.

Bettina Jacot-Descombes et Victoire Margairaz

«Faire évoluer les mentalités, c’est le cœur de notre métier», résume Daphné Villet, coprésidente de la Geneva Pride. C’est pourquoi, cette année, l’enjeu est d’envergure pour la manifestation qui se tiendra du 8 au 12 septembre. «La population doit bientôt se prononcer sur le mariage pour tous. C’est une étape importante. Il faut montrer qu’on existe et que la société doit nous intégrer.»

Face à ce tournant historique, la communauté LGBTQIA+ s’est fortement mobilisée en Suisse romande, mais pas que... «On a vraiment une belle synergie entre les Prides dans tout le pays. La Pride Zurich sera présente à la Marche des fiertés et nous militerons à leurs côtés le 4 septembre», se réjouit Xavier Lavatelli, coprésident de l’association. Les organisateurs du traditionnel défilé, qui partira du quai Wilson à destination de la place de Neuve samedi 11 septembre, s’attendent d’ailleurs à une forte affluence. «Avec une soixantaine d’associations romandes inscrites, on devrait atteindre le même nombre de participants qu’en 2019, soit 35’000 à 40’000 personnes.»

Trêve avec les jeunes PLR

Début juin, à la surprise générale, la section genevoise des Jeunes libéraux-radicaux avait prôné le non à la votation du 26 septembre sur le mariage pour toutes et tous. Les organisateurs de la Geneva Pride avaient alors annoncé que la présence de la formation politique suisse ne serait pas tolérée, durant la manifestation. «Nous avons eu des échanges cordiaux avec eux depuis. Ils sont les bienvenus toute la semaine», a indiqué, jeudi, la présidence de la Geneva Pride, lors de la conférence de presse de présentation.

Line up 100% féminin et concerné

Objectif: se faire entendre. «On veut visibiliser la communauté transgenre et intersexe, qui a beaucoup souffert durant la période Covid. Tambour, sifflet… On va demander au public de faire un maximum de bruit.» Outre cet événement phare, un village pouvant accueillir jusqu’à 6000 personnes prendra place durant quatre jours au parc des Bastions.

Concerts, débats, ateliers, tables rondes ou encore performances artistiques sont au programme, liste Cléa Minerba, responsable culturelle de l’événement. «L’idée est de s’amuser tout en ayant une réflexion sur la société d’aujourdhui.» Et cela passe aussi par des soirées organisées dans des clubs genevois, ajoute Daphné Villet. «Nous voulons que le monde de la nuit soit plus inclusif et apprenne à accueillir notre communauté. Notre line up est d’ailleurs 100% féminin et concerné samedi soir.»

Une communauté plus sensible aux enjeux du Covid

«Notre communauté a été fortement touchée par une maladie il y a 30 ans, souligne Xavier Lavatelli en référence au VIH. De par son vécu, elle est extrêmement consciente des risques d’une pandémie Aussi, pas question de «jouer avec le feu». Les organisateurs ont prévu un plan sanitaire ultrastrict. En plus de tester tous les jours le personnel non vacciné, ce sera masque obligatoire durant leur service. Pour le public, un pass sanitaire sera nécessaire pour entrer au Village. Et ce n’est pas tout: «Toilettes, vestiaire, bar: le public aussi devra se protéger dans les files d’attente.»

Au total, la manifestation organisée avec le soutien des autorités, dont la Ville de Genève, aura coûté 180’000 francs. Le programme détaillé des festivités sera dévoilé vendredi sur le site de l’association.

Parler de sa santé dans «un lieu safe»

«Un pôle santé aussi développé, c’est une première en Suisse», s’enthousiasme Daphné Villet. Cette année, la santé est mise à l’honneur au Village de la Pride. «Des professionnels seront là pour offrir des entretiens individuels. Des tests de maladies sexuellement transmissibles et de drogue seront aussi réalisés sur place. Des antennes d’associations de toute la Suisse romande seront présentes pour que les gens puissent trouver de l’aide où qu’ils habitent», décrit Xavier Lavatelli.

Bilan positif

En raison du coronavirus, la Marche des fiertés qui se tient habituellement en juin avait dû être reportée. Dans l’attente de cet événement, plusieurs rencontres avaient été organisées le week-end du 26 et 27 juin. «C’étaient de belles retrouvailles avec la communauté et ses alliés, se félicite Xavier Lavatelli. Le rassemblement politique a réuni plus de 600 personnes et les deux courses prévues une centaine de participants chacune.

Ton opinion