Romantisme et fétichisme pour un vendredi noir
Actualisé

Romantisme et fétichisme pour un vendredi noir

Le Fri-Son s'est vêtu de noir pour une soirée gothique accueillant les Français de Dolls of Pain et les Genevois de BAK XIII.

C'est dans la petite salle de l'établissement que les romantiques se sont donné rendez-vous afin d'assister à leur «messe». En attendant la montée sur scène des bien-nommés Dolls of Pain, le public sirotait tranquillement des bières en écoutant les plaques diffusées par DDDmix et Baron Von Smock de BAK XIII.

Sur le coup de 22 h, les Français sont montés sur scène pour diffuser leur aura faite de sang et de souffrance. La musique du groupe est un condensé de beats new wave dark, de percussions electro et de chant distordu et démoniaque. Naviguant entre une infirmière en latex et trois vampirettes sexy dansant le french cancan, le chanteur s'est rendu dans le public afin de tester son pouvoir fédérateur sur ses fidèles.

Le groupe a ensuite décidé de passer aux choses sérieuses en interprétant «Dominer», hymne à la domination et à la frustration professionnelle. Après cela, BAK XIII est monté sur scène pour interpréter leurs compositions electro-dark à la fois plus pop et plus metal. Ils ont passé en revue leur catalogue en faisant la part belle aux morceaux de leur dernier album, «Vae Victis».

Certains de leurs titres sont de véritables machines à danser noires et intenses, laissant le public à genoux. Après ce concert fleuve, les deux comparses ont repris le contrôle des platines pour continuer la fête jusqu'au bout de la nuit.

Jérôme Genet

Ton opinion