Immigration en Italie: Rome ouvre Schengen aux Tunisiens
Actualisé

Immigration en ItalieRome ouvre Schengen aux Tunisiens

L'Italie a décidé de délivrer aux immigrés tunisiens des permis de séjour temporaires valables dans tout l'espace Schengen pour impliquer les autres pays européens.

«Nous avons décidé d'octroyer des permis de séjour temporaires pour protection humanitaire qui permettront (aux migrants tunisiens) de voyager dans les pays de l'espace Schengen», a déclaré jeudi le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni, confronté à un afflux massif de migrants méditerranéens.

Une «baignoire» qui ne demande qu'à se vider

Ce dernier, qui présentait devant la Chambre des députés un accord conclu cette semaine avec les autorités tunisiennes, a aussitôt rappelé que «l'écrasante majorité des immigrés déclarent vouloir rejoindre amis et proches en France ou dans d'autres pays européens».

Une façon de «vider la baignoire», selon l'expression d'Umberto Bossi, le leader de la Ligue du Nord, parti anti-immigrés et allié crucial au sein du gouvernement de Silvio Berlusconi.

Paris contre-attaque

Paris ne veut «pas subir une vague d'immigration» tunisienne venue d'Italie où elle renverra les candidats au séjour qui ne rempliront pas les conditions d'identité et de ressources requises, a prévenu mercredi le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant.

Selon «l'analyse» de Claude Guéant, les passeports provisoires délivrés par Rome ne seront pas suffisants pour éviter à leurs détenteurs d'être renvoyés en Italie par les autorités françaises.

Pour circuler «à l'intérieur de l'Espace Schengen, il ne suffit pas d'avoir une autorisation de séjour dans (un des Etats membres), encore faut-il avoir des documents d'identité et, surtout, justifier de ressources», a expliqué à l'AFP le ministre.

«Si ces conditions ne sont pas réunies, la France est tout à fait en droit de ramener en Italie» les personnes concernées. «C'est ce qu'elle fera», a assuré le ministre de l'Intérieur.

Une liberté nouvelle, au pays

La France «se réjouit que la Tunisie entre dans une ère de liberté et de démocratie mais elle n'entend pas subir une vague d'immigration de Tunisiens justifiée strictement par des considérations économiques», a-t-il commenté.

En mars, 2.800 Tunisiens en situation irrégulière ont été interpellés sur le territoire français. «La plus grande partie a été reconduite en Italie», a relevé Claude Guéant.

Pour les autres, «les procédures sont encore en cours», a ajouté le ministre qui a envoyé mercredi une circulaire aux préfets leur énumérant les conditions que devaient remplir les immigrés venus d'Italie pour prétendre rester sur le territoire national.

Raz-de-marée suite au printemps arabe

Depuis la chute du président Zine El Abidine Ben Ali à la mi-janvier, 25.800 migrants, essentiellement des Tunisiens mais aussi des Africains venus de Libye, ont débarqué en Italie, a annoncé jeudi M. Maroni.

Entassés pour beaucoup dans des conditions d'hygiène déplorables sur la minuscule île italienne de Lampedusa, au sud de la Sicile, ces migrants ont été progressivement transférés sur le continent. Mais ces transferts n'ont fait que déplacer le problème vers d'autres régions d'Italie, très réticentes.

Aujourd'hui ils se retrouvent soit dans des centres de rétention «pour identification», soit dans des campements d'immenses tentes bleues installés par les autorités notamment dans les Pouilles, le talon de la Botte.

D'autres, qui ont pris la fuite, se retrouvent bloqués aux frontières, tels ces centaines de Tunisiens, bloqués à la gare de Vintimille et systématiquement refoulés lorsqu'ils tentent d'entrer en France.

Rome brasse de l'air

L'Italie n'a cessé ces dernières semaines de réclamer, pour l'instant en vain, l'aide de l'Union européenne. Les tensions sont montées, notamment avec la France, qui a par ailleurs annoncé mercredi soir de son côté un nouveau tour de vis sur l'immigration, et que Rome ne juge pas suffisamment «solidaire».

Vendredi, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, est attendu à Rome, pour, selon M. Maroni, «définir un système d'intervention commune afin que France et Italie puissent impliquer tous les pays de l'Union européenne».

Outre ces permis temporaires, l'Italie a promis à la Tunisie une coopération accrue dans la lutte contre l'immigration mais aussi pour son développement à des fins de «prévention». En échange, Tunis est censé mieux contrôler son littoral et accepter le retour immédiat des immigrés arrivant en Italie après la conclusion de cet accord.

L'Europe tarde à agir

M. Maroni a une nouvelle fois invité l'Union européenne à développer sa coopération avec le Sud.

Mercredi, Cécilia Malmström, commissaire chargée de l'Immigration, a adressé une lettre aux Etats dans laquelle elle énumère une série d'actions possibles, notamment un renforcement des moyens d'action de Frontex, l'agence européenne chargée des frontières extérieures de l'UE, et un partenariat avec la Tunisie.

En attendant, l'afflux de migrants en Italie se poursuit. Non seulement de Tunisie, mais aussi de Libye où le régime de Mouammar Kadhafi a cessé de bloquer les portes de l'exil pour des milliers d'Africains. (afp)

L'espoir s'amenuise pour les migrants naufragés

Les recherches de survivants au naufrage mercredi d'une embarcation, dans lequel sont morts ou portés disparus au moins 150 réfugiés somaliens ou érythréens, ont repris jeudi matin au large de l'île italienne de Lampedusa.

«Nous recherchons encore 150 personnes. L'espoir de trouver des survivants s'amenuise d'heure en heure», a déclaré au parlement le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni.

Pour l'instant, seules 53 personnes ont pu être secourues.

Un vedette des garde-côtes, un patrouilleur maltais et deux avions participent aux recherches.

Un hélicoptère et un autre avion des douanes doivent les rejoindre plus tard dans la journée.

Ton opinion