Actualisé 12.10.2016 à 15:07

Etats-Unis

Ronald au placard à cause des clowns sinistres

McDonald's a expliqué mardi qu'elle réduira le nombre d'apparitions publiques de sa mascotte à cause de la psychose des clowns effrayants régnant actuellement dans le pays.

de
ofu/afp
1 / 14
Voici le genre de photo qui circule sur Instagram.

Voici le genre de photo qui circule sur Instagram.

Instagram
Les poses inquiétantes font paniquer les enfants.

Les poses inquiétantes font paniquer les enfants.

Capture d'écran d'une vidéo postée sur Instagram, où ce clown propose un Happy Meal (menu enfants chez Mc Do) aux touts petits.

Capture d'écran d'une vidéo postée sur Instagram, où ce clown propose un Happy Meal (menu enfants chez Mc Do) aux touts petits.

Depuis août, plusieurs silhouettes terrifiantes habillées en clowns ont été aperçues dans plusieurs Etats américains. A quelques semaines d'Halloween, le phénomène crée la panique, forçant police, écoles et même la Maison-Blanche à intervenir.

Face à cette véritable hystérie, qui semble avoir récemment gagné le Royaume-Uni, la chaîne de restauration rapide McDonald's a pris une décision de taille en limitant les apparations publiques de son clown fétiche, Ronald.

Menaces sur internet

«McDonald's et ses franchises sont conscients du climat actuel, causé par les apparitions de clowns», explique ainsi l'entreprise dans un communiqué, publié par CNN. La chaîne n'a pas donné davantage de précisions quant au nombre habituel d'apparitions de Ronald chaque année et de combien celles-ci allaient être réduites.

La paranoïa a pris une telle ampleur aux Etats-Unis que les autorités de Californie et de l'Oregon se sont trouvées forcées d'intervenir pour répondre aux signalements de clowns et aux menaces sur les réseaux sociaux dirigés contre des écoles, considérés comme des canulars.

Le sergent Juan Briseno, de la police du comté de Los Angeles, a expliqué à l'AFP que les patrouilles avaient augmenté dans la ville de Carson, en banlieue de Los Angeles, à la suite de messages menaçants sur Twitter, et qu'un officier de police rattaché aux écoles avait été dépêché pour informer chaque établissement du problème.

Coulrophobie

L'épidémie, réelle ou imaginée, de clowns effrayants et la paranoïa qu'elle entraîne sont à rapprocher du phénomène de «coulrophobie», nom clinique donné par les psychologues à la phobie des clowns, et qui a augmenté dans la foulée du roman de Stephen King publié en 1986 «Ça», ultérieurement adapté en film, qui dépeint un clown malfaisant.

«Près d'une personne sur dix dit avoir la phobie des clowns», fait remarquer Matthew Lorber, directeur du service de psychiatrie pour enfants et adolescents de l'hôpital Lenox Hill à New York. «Ne pas être en mesure de voir le visage de quelqu'un fait peur aux enfants», ajoute-t-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!