MotoGP: Rossi: «Un moment important dans ma vie»

Actualisé

MotoGPRossi: «Un moment important dans ma vie»

L'Italien, 40 ans depuis février, entame sa 24e saison de Grand Prix. Interview.

par
Jean-Claude Schertenleib
Doha
Le natif d'Urbino (It) se réjouit de lancer les hostilités ce week-end sur le circuit de Losail, au Qatar.

Le natif d'Urbino (It) se réjouit de lancer les hostilités ce week-end sur le circuit de Losail, au Qatar.

AFP

Valentino Rossi, neuf fois champion du monde, des 125 cm3 à la MotoGP, garde son enthousiasme à l'heure de commencer la saison, ce week-end au Qatar.

Valentino Rossi, 40 ans, c'est un joli cap...

C'est un moment important de ma vie. Pour le reste, nous sommes au Qatar, c'est un peu comme une rentrée scolaire, on découvre les nouveaux joujoux de tous.

Que signifie la MotoGP à vos yeux?

La moto, c'est l'expression de la liberté totale. Qu'on soit sur un circuit ou qu'on l'utilise pour aller à la plage avec sa copine. La MotoGP, c'est l'adrénaline absolue, un show total. Chaque saison est un nouveau défi?

Bien sûr. Le plateau 2019 semble très relevé, toutes les marques ont progressé. Ce sera intéressant de comprendre le vrai niveau de chacun.

Notamment celui de vos Yamaha M1?

L'usine a beaucoup travaillé, la moto est meilleure, mais il y a encore à faire. Nous sommes bons avec les pneus neufs, mais la clé, c'est de durer.

Un mot sur Fabio Quartararo, 19 ans et déjà en MotoGP?

Je viens de lui dire: «Tu pourrais être mon fils!» Il est plus jeune que mon frère (ndlr: Luca Marini) et roule déjà avec nous! Quand il a débarqué en Moto3, on le voyait comme un génie. Puis, pour différentes raisons, il a connu moins de succès. Il sera un des centres d'intérêt de ce début de saison.

Comme la cohabitation Marquez-Lorenzo au sein du team officiel Honda?

L'histoire nous a montré qu'il y a toujours des avantages et des inconvénients lorsqu'un même team aligne deux pilotes de pointe. Je l'ai vécu durant ma carrière et je suis persuadé qu'au final il y a plus de points positifs que de négatifs.

Thomas Lüthi, pilote bernois de Moto2

«J'ai retrouvé un plaisir total, je me sens bien»

«Les gens ont de la peine à le croire, mais j'ai beaucoup appris l'an dernier en MotoGP. Peut-être même plus que jamais, et dans de nombreux domaines. Rapidement, avec mon coach mental, on a essayé de mettre de l'ordre dans tout cela, de garder ce qui était important et d'oublier ce qui l'était moins, comme cette fameuse réalité chiffrée: 0 point. Là, j'ai retrouvé un plaisir total. Je me sens bien, nous avons énormément travaillé ces derniers mois. La Moto2, comme la MotoGP, n'est pas une catégorie facile. Les tests ont permis de désigner des favoris, je crois en faire partie. L'an dernier, j'ai entendu quelques railleries sur mon manque de performances. Depuis les derniers tests, c'est le contraire: de plus en plus de gens disent que je vais dominer le championnat. À ceux-là, j'aimerais rappeler qu'il y a un vrai niveau en Moto2, comme toujours. Le titre est possible, mais je ne suis pas le seul à le viser.»

Ton opinion