Rottweilers abattus au fusil à pompe par la police
Actualisé

Rottweilers abattus au fusil à pompe par la police

Trois rottweilers qui avaient attaqué et mordu deux personnes dans la nuit de lundi à mardi ont été abattus par la police.

Les chiens aux propriétaires inconnus erraient sur les bords de la Seine. Vers 3h du matin, ils ont attaqué et mordu un employé de la raffinerie Shell voisine et un employé du port autonome de Rouen qui les ont croisés. Paniqué, l'une des victimes n'a pas hésié à sauter dans la Seine. Le service de sécurité de la Shell est intervenu et a conduit les deux hommes à l'infirmerie de la société.

Une équipe de la brigade anticriminalité est arrivée sur les lieux pour établir un périmètre de sécurité. Faute d'avoir pu trouver dans l'agglomération rouennaise du personnel immédiatement disponible pour capturer les trois molosses, les policiers ont décidé d'abattre les rottweilers au fusil à pompe.

En France, depuis 1999, les chiens dangereux sont classés en deux catégories. La première, comme les pitbulls, sont des «chiens d'attaque». Pour la seconde, les rottweilers par exemple, on parle de «chiens de garde ou de défense». En juin 2006, Nicolas Sarkozy a prôné la « tolérance zéro» à l'encontre de ces «véritables armes». Le ministre de l'Intérieur a proposé que les procédures d'euthanasie soient accélérées et que le classement des chiens dits dangereux soit durci. Il a estimé à 80 000 leur nombre actuel dans l'Hezagone, dont près de 9000 chiens d'attaque.

(afp)

Ton opinion