Lausanne: Rougeole: l'Uni se hâte lentement
Actualisé

LausanneRougeole: l'Uni se hâte lentement

La campagne de vaccination a été prolongée jusqu'à vendredi pour laisser une chance aux retardataires.

par
Sébastien Jost

Avec des milliers de vaccinations déjà effectuées, la campagne pour combattre la rougeole à l'EPFL et à l'Université a attiré les étudiants. Mais pas suffisamment. Normalement prévue jusqu'à mercredi soir, elle a été prolongée de deux jours.

«Il faut laisser une chance aux retardataires», accorde Eric Masserey. Et le médecin cantonal de remarquer que «la campagne a bien marché à l'EPFL, moins à l'Université, où beaucoup n'ont pas encore renvoyé le questionnaire». Un formulaire permettant de déterminer si la personne est immunisée ou pas a en effet été envoyé à tous ceux qui fréquentent le site de Dorigny.

Dans les jours à venir, les deux institutions vont dépouiller des résultats et prendre les mesures, comme fermer ses portes aux personnes n'ayant pas répondu ou n'étant pas vaccinées.

«Si une résurgence de la maladie a lieu dans les semaines qui viennent, cela peut avoir de graves conséquences pour les personnes non vaccinées», insiste Marc de Perrot. Le secrétaire général de l'UNIL poursuit: «Elles pourraient se voir interdire l'accès au campus durant trois semaines. Si cela se produit durant les examens, les répercussions peuvent être très lourdes pour les étudiants.»

A l'UNIL, plus d'un millier d'étudiants ont été se faire piquer. A l'EPFL, ils ont été 1400 rien que mardi.

Ton opinion