Genève: Routes mises en sourdine même en zones à 30 km/h
Actualisé

GenèveRoutes mises en sourdine même en zones à 30 km/h

L'axe principal du quartier de Saint-Jean (GE) s'offre un onéreux goudron silencieux. Certains le jugent inutile là où la vitesse est réduite.

par
Thomas Piffaretti
Les aménagements auront coûté 6,1 millions de francs.

Les aménagements auront coûté 6,1 millions de francs.

«A quoi ça sert de claquer des milliers de francs pour ce bi­tume alors que, à cette vitesse, on n'entend que le moteur?» Jeudi, en marge de l'inauguration de la rue de Saint-Jean désormais recouverte d'un tapis de près d'un kilomètre réalisé en revêtement phonoabsorbant, un citoyen s'interrogeait sur l'utilité d'un pareil investissement dans une zone 30.

Car surcoût il y a: 6 à 10% facturés en plus par rapport à un matériau classique. Sur ­place, les autos semblent suspendues sur un coussin d'air, certes, mais les mécaniques, elles, se font d'autant plus présentes. En 2012, une commission cantonale avait d'ailleurs noté que les revêtements phonoabsorbants sont «moins efficaces lorsque la vitesse ne dépasse pas les 30 km/h». Pour Rémy Pagani, membre de l'Exécutif chargé de l'aménagement, ce débat est obsolète et le jeu en vaut largement la ­chandelle: «Le gain en qualité de vie des habitants, même à allure réduite, est inestimable.» Un constat qui fait écho aux observations du professeur André-Gilles Dumont, directeur du Laboratoire des voies de circulation de l'EPFL: «A ces vitesses, le bruit de roulement est limité. Le gain d'absorption par le revêtement est marginal, d'environ un décibel, mais il existe bel et bien. Son installation participe ainsi à la lutte tous azimuts contre le bruit.»

Les propriétaires des routes ont jusqu'en 2018 pour baisser leur niveau sonore, sinon ­Berne les obligera à offrir des doubles vitrages aux riverains.

Ton opinion